Roland Léonard, Echevin des Travaux, présentera au prochain Conseil communal, le marché de travaux relatif à la première phase du programme de rénovation globale du parc du Jardin Botanique.

Ce marché, qui vise principalement la rénovation des cheminements piétons constitue ainsi le premier pas vers la revalorisation de l’un des sites les plus remarquables du patrimoine liégeois! A ce titre, le projet fut présenté ce lundi 19 avril lors d’une réunion de concertation citoyenne par visioconférence. Celle-ci rassemblait des riverains ainsi que les représentants des comités de quartier voisins. Les nombreux participants purent ainsi découvrir les arcanes majeurs de ce projet d’envergure dans un contexte participatif et propice à l’échange.

D’un point de vue historique, le site arboré représente presque 200 ans d’Histoire liégeoise. En effet, ancien jardin botanique de l’Université de Liège, le parc du Jardin Botanique, situé au bas des quartiers Saint-Gilles et du Laveu, à deux pas du Centre-Ville, a vu le jour vers 1838.

S’étendant sur plus de 3 hectares, la configuration du parc, due à l’architecte Jules-Etienne Rémont, fut influencée par le style des jardins anglais de l’époque. En témoignent encore aujourd’hui, son tracé ainsi que ses serres de style typiquement victorien. Ce site unique au cœur de la Ville fut classé au Patrimoine dès 1975.

Le marché relatif à la réfection des cheminements piétons s’inscrit dans une dynamique globale souhaitée par la Ville de Liège en vue d’aboutir à terme à l’entière restauration de ce pôle essentiel du patrimoine vert de la Ville.

Inscrite dans le Plan d’Investissement communal pour un montant de 830.000 €, la rénovation des cheminements piétons ne peut en effet s’abstraire de s’inspirer du projet de restauration intégrale nourri pour le Jardin Botanique.

Le premier pas vers cet objectif consiste ainsi dans la réfection des cheminements. Vétustes et parfois creusés ou boursouflés par l’usage et par l’assaut des pluies, ceux-ci se révèlent parfois rédhibitoires à un accès aisé pour les promeneurs. On pensera particulièrement aux personnes à mobilité réduite.

La réfection des cheminements s’étend sur différents axes et doit répondre à des exigences multiples. Le revêtement doit ainsi être confortable et aisé pour tout usager. Il doit être stable et durable tout en s’intégrant à la spécificité du site. Il faut également qu’il participe à la saine gestion des eaux pluviales propre à l’endroit. Tenant compte de ces impératifs, c’est donc un revêtement imperméable et pérenne qui est préconisé. Les granulats qui composent ce revêtement seront soigneusement sélectionnés pour s’apparenter à la teinte et au calibre des petits graviers actuellement présents et préserver ainsi le caractère particulier des diverses traversées et promenades bucoliques qui font le charme du parc.

La première phase d’aménagement comprend ainsi la réalisation d’environ 900 m de cheminement à savoir la boucle principale de promenade et les cheminements secondaires situés à l’intérieur de cette même boucle.

Outre cet objet principal, le marché s’étend également à d’autres réalisations. Il s’agira ainsi de mettre en place, au cœur du parc, un revêtement de gravier perméable propice à l’intégration des différents pieds d’arbres dans une harmonieuse configuration géométrique. Au cœur du parc également, le bâtiment technique sera déplacé afin de valoriser la vue vers l’étang.

Il est également prévu de rénover les bancs «patrimoniaux» en préservant le style des pieds ondulés en fer forgé, de type «pied de serpent», qui amplifie le cachet si particulier du lieu. Le placement de gaines en prévision du renfort de l’éclairage public est également prévu ainsi que la réalisation du réseau d’adduction d’eau, prélude à l’installation de fontaines «à boire».

Les travaux relatifs à ce marché de 835.000 € devraient commencer en 2022 et s’étendre sur une année.