Un trentenaire domicilié à Genk qui vivait à Saint-Nicolas dans la région liégeoise a écopé de trois mois de prison avec sursis pour la moitié de la peine devant le tribunal correctionnel de Liège pour s’être masturbé devant une jeune fille mineure d’âge au début du mois de mars dernier. Le 9 février 2021, le jour des faits, la jeune fille née en 2000 était en train de regagner le domicile d’un ami lorsqu’elle a remarqué qu’un automobiliste au volant d’un véhicule BMW la suivant au pas. La jeune femme marchait lentement car il y avait de la neige sur le trottoir. L’automobiliste est sorti de sa voiture et la jeune fille a senti que l’intéressait se tenait derrière elle. Alors qu’elle tentait d’ouvrir la porte de la maison de son ami sans y parvenir, le conducteur s’est posté devant la jeune fille et a sorti son sexe de son training. L’homme s’est alors masturbé tout en faisant des compliments à la jeune fille ! 

Cette dernière a été particulièrement choquée par la scène. Elle a néanmoins réussi à relever une partie de la plaque minéralogique du suspect. Elle a déposé une plainte à la police. Les inspecteurs lui ont présenté un panel de pas moins de deux-cent-soixante-neuf photos et la victime a réussi à identifier le suspect. Lors de la reconnaissance, la victime était sanglotante et émue. Quelques jours après les premiers faits, la victime a été stupéfaite et particulièrement inquiète de revoir l’automobiliste exhibitionniste qui rôdait aux alentours de son domicile ! 

Cette fois, elle a réussi à relever la totalité de la plaque du suspect. Entendu, le suspect a reconnu les faits. Il a déclaré qu’il avait énormément de soucis financiers et qu’il se trouvait dans une sorte de dépression. Il a déclaré qu’il avait “pété” les plombs. Il a expliqué qu'il se trouvait dans le quartier pour y trouver un logement. L’expert psychologue a estimé que l’homme était peu fiable et peu collaborant. Il a détecté un risque élevé de récidive car l’homme a admis que les faits lui avaient provoqué une excitation sexuelle. L’homme ne présente pas de trouble de la personnalité qui aurait aboli sa responsabilité pénale. Le suspect qui a un casier vierge ne s’est pas présenté devant le tribunal correctionnel de Liège. Il a été condamné par défaut.