Nouveau coup dur pour la commune de Saint-Nicolas et son centre Creaves, centre de revalidation pour animaux sauvages! Après avoir été menacé de fermeture il y a deux ans par manque de moyens humains et financiers, le centre a été maintenu ouvert dans la perspective de constituer une association de communes afin de rassembler des fonds pour assurer son fonctionnement. Pas illogique, après tout, puisque les animaux, trop jeunes pour survivre dans la nature ou blessés, qui y sont amenés ne proviennent pas uniquement du territoire de Saint-Nicolas...

"Les animaux viennent de partout. Depuis le début de l'année, nous avons reçu environ 1 000 animaux, qui sont libérés une fois soignés", souligne Patrice Ceccato, échevin en charge du bien-être animal à Saint-Nicolas. "Pour constituer le Conseil d'Administration, plusieurs communes ont été approchées sur base du nombre d'animaux qui proviennent de leur territoire et leur participation a été définie en fonction de trois paramètres: la superficie de la commune, le nombre d'habitants et le nombre d'animaux reçus. Les communes de Seraing et Grâce-Hollogne ont accepté tandis que Liège a refusé. La demande a également été formulée à Flémalle et à Ans mais nous sommes toujours en attente d'une réponse".

Quant à Awans, alors que la commune était clairement partie-prenante dès le début dans ce projet, sa contribution est désormais remise en cause... En effet, lorsque le collège a présenté le point au conseil communal, cette contribution de près de 7 000 € a été contestée non seulement par des conseillers de l'opposition mais aussi par deux conseillers de la majorité... "Awans représente 3% des animaux qu'on amène au centre. Le collège dans son ensemble y était favorable mais certains conseillers ont épinglé la somme réclamée de près de 7 000 € pour 10 000 habitants à Awans alors que c'est environ 10 000 € pour 30 000 habitants à Ans", explique Maurice Baldewyns, échevin en charge du bien-être animal à Awans, qui déplore cette situation mais qui ne désespère pas de trouver une solution permettant à Awans de continuer à prendre part au projet.

Une nouvelle proposition financière doit ainsi être soumise au conseil communal d'Awans. Proposition qui pourrait ne pas convenir à la commune de Saint-Nicolas, celle-ci tenant compte de la clé de répartition établie...

"C'est malheureux de ne pas y participer sachant que les chiffres sont en constante augmentation, notamment en raison des nombreux hérissons blessés par des robots-tondeuses, et que les citoyens vont continuer à y amener des animaux, qui seront pris en charge... C'est un manque de solidarité envers le projet", regrette Maurice Baldewyns.