Le bourgmestre de Liège, par ailleurs chef de la police liégeoise, a répondu lundi soir à une interpellation de Giuseppe Maniglia (PS) relative au système des scan-cars, ces deux véhicules qui circulent depuis plusieurs mois à Liège et qui permettent à la police d’identifier de manière automatique tout véhicule mal garé… et de rendre dès lors le stationnement illégal compliqué à Liège tant le système semble efficace.

Récemment toutefois, un petit couac technique a été constaté. De nombreux Liégeois ont reçu une demande de payement de redevance… alors qu’ils n’étaient pas mal garés. C’est ainsi que début de ce mois, Jacques, un habitants de la rue de la Commune avait témoigné dans nos colonnes après avoir reçu deux PV alors qu’il avait stationné son véhicule dans une zone “riverain” et qu’il disposait d’une carte parfaitement en ordre.

“J’ai reçu un PV le 24 novembre et un autre le 30. C’est chaque fois une taxe à payer de 40 euros. Je n’ai même pas eu le temps de répondre au premier PV que je recevais le second. J’ai alors pris contact avec la police de Liège et ils m’ont demandé de faire le travail à leur place, puisque c’est moi qui dois prendre du temps et dépenser de l’argent pour envoyer une copie de ma carte riverain… pour chaque PV et ce, pour leur éviter de faire des recherches.”

Qu’il se rassure, il ne devra pas payer, pas plus que les autres Liégeois dans son cas.

Système complexe

“Ce système est complexe : il sollicite des logiciels très techniques et nécessite d’avoir une parfaite adéquation entre la signalisation sur le terrain et la cartographie informatisée”, a en effet expliqué Willy Demeyer. “Or, il est exact que la scan car vient de connaître une difficulté : un problème de certificat SSL est à l’origine du dysfonctionnement survenu entre le 21/11 et le 03/12. Ce problème de certificat a eu pour conséquence que le système ne parvenait pas à interroger la base de données “riverain/abonnement” et que dès lors, les vérifications des éventuels droits de stationnement des riverains et autres usagers n’ont pu être réalisées”. Au total, 1440 redevances ont dû être annulées par la Cellule stationnement après vérification des droits de ceux-ci.

“Un renfort de l’équipe de la Cellule stationnement a été sollicité afin de remédier dans les plus brefs délais aux problématiques créées suite au dysfonctionnement. Par ailleurs une permanence téléphonique est assurée pour répondre à toute question posée par les citoyens ; ceux-ci peuvent également obtenir des renseignements par courriel. Vous l’aurez compris : toutes les personnes qui ont été verbalisées injustement ne seront pas poursuivies et ne devront pas débourser le moindre euro”.