Le tribunal correctionnel de Liège a entamé l'examen d'un dossier à charge de huit prévenus âgés de 21 à 26 ans qui doivent répondre de leur implication à des degrés divers dans des faits de traite des êtres humains et de prostitution de jeunes filles dont des mineures d’âge. Les prévenus sont originaires de Ougrée, Seraing, Flémalle et Beyne-Heusay. 

Parmi eux, Nasir, 24 ans et Tarin, 21 ans, deux frères présentés par le parquet comme étant à la tête de l’association de malfaiteurs. Ils sont soupçonnés d’avoir favorisé la prostitution de sept victimes âgées de 13 à 19 ans au moment des faits. Ils ont fait paraître des annonces dans Quartier rouge. Ils ont également loué des Airbnb et loué des voitures. Certaines des jeunes filles qui étaient au départ des victimes seraient devenues à leur tour des entremetteuses. Deux d’entre elles se retrouvent également poursuivies devant le tribunal. Certaines des victimes ont expliqué que leurs souteneurs se montraient parfois violents ou menaçants. Certains les ont séduites avant de les prostituer. Une des jeunes femmes a expliqué avoir été séquestrée pendant près d’un mois dans un logement. Une jeune femme a expliqué qu’elle avait voulu quitter son souteneur avant de vouloir retourner vers celui-ci. Les frères auraient alors tendu un guet-apens à l'autre souteneur. 

Le 17 août 2020, ils auraient fait croire qu’ils étaient un client pour faire venir la jeune femme, son souteneur et un troisième homme. Les deux hommes auraient été battus et mis dans le coffre d’une voiture. Des témoins des faits auraient fait des photos de la scène et appelé les services de police. La police a réalisé des observations des intéressés. Nasir a été arrêté le 2 décembre 2020. Lors de leur comparution devant le tribunal, les prévenus ont nié tous les faits mis à leur charge. “Je suis fort gêné de tout cela”, a indiqué Nasir. “Je passe pour un pédophile. Je travaille douze heures par jour donc je ne vois pas à quel moment j’aurais pu faire tout cela. J’ai été un client d’une des prostituées puis c’est devenu ma petite amie.” Quant à son frère, il avait également les mêmes explications. “Je n’ai jamais touché de l’argent, je n’ai jamais fait de gain”, a-t-il précisé. “Je n’ai jamais prostitué de fille.” 

Une jeune française qui était prostituée et est devenue la petite amie de Tarin mais est également soupçonnée d’être devenue elle-même proxénète a nié les faits mis à sa charge. “On était comme des copines qui s’entraident”, a expliqué la jeune femme. “On voyait physiquement qu’elles étaient mineures, mais il n’y avait personne pour les obliger ou les menacer. Parfois, des clients nous offrent des objets de valeur et on gagne bien notre vie. Une bonne journée, on peut gagner jusqu’à 800 ou 1 000 euros. Pour s’acheter un sac à 1 000 euros, il suffit de trouver un client qui est prêt à passer la nuit avec vous.” Deux autres audiences sont prévues pour entendre le réquisitoire et les plaidoiries.