Après ceux de Herve et Fléron il y a 15 jours et celui de Chênée lundi dernier, c’est au tour du magasin de Jemeppe d’être en grève ce samedi . 
 « Même si le secteur de la distribution alimentaire semble enfin prendre conscience des problèmes que nous dénonçons depuis des semaines, la situation chez Colruyt en région liégeoise reste préoccupante », signale Patrick Masson, Premier secrétaire du SETCa Liège - Huy - Waremme, qui complète : « les revendications du personnel ne changent pas : prolongation des accords « Corona », soit l’augmentation de 4€ des chèques - repas et ½ heure de récupération en plus par jour, ne pas autoriser les sacs pour limiter les risques de contamination , application de la Convention collective de travail 104 qui permet au plus de 45 ans de commencer à souffler un peu ». 
Malgré les avancées de cette semaine dans le secteur, obtenues enseignes par enseignes et non de manière sectorielle, les travailleuses et travailleurs de Colruyt veulent maintenir la pression . « On ne dira jamais assez que le coût des mesures que le personnel demande pour garantir sa sécurité est une goutte d’eau par rapport au quasi 4 milliards de la fortune de son actionnaire familiale »,  précise Patrick Masson, qui termine : « les mouvements actuels sont parfaitement en cadrés par les délégué·es et se déroulent dans un respect des règles sanitaires bien plus strictes que ce qui est vécu au quotidien dans les magasins ».