Emmanuel, 45 ans, encourt une peine de cinq ans de prison devant le tribunal correctionnel de Liège devant lequel il doit répondre d’avoir commis une tentative d’assassinat commise à Seraing, le 26 septembre 2018. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’intéressé a commis des faits particulièrement graves et violents. En effet, il n’a pas hésité à poignarder un homme à des endroits où se trouvent des organes vitaux avec un couteau à désosser avec une lame de quinze centimètres de long ! C’est un miracle si la victime a survécu. En fait, c’est surtout grâce à l’intervention d’un témoin qu’Emmanuel a été stoppé dans son geste. 

Cette nuit-là, Emmanuel avait bu. Il a commencé à importuner les gens qui se trouvaient dans un café de Seraing. Il lui a été demandé à plusieurs reprises de se calmer, mais sans succès. C’est le compagnon de la tenancière du café qui a fini par le mettre à la rue, non sans mal. En effet, Emmanuel refusait de sortir. Selon un seul témoin qui a déclaré être dos à la scène, le compagnon du patron lui aurait mis une gifle. “J’ai importuné des gens et on a voulu me mettre dehors”, a déclaré le prévenu lors de la première audience consacrée à son affaire. “Je voulais terminer ma consommation. Je me suis retrouvé au sol”, a déclaré Emmanuel. “On m’a tiré par le collet. J’ai reçu des coups. Ce qui m’a mis la rage, ce sont les coups et la menace de m’en remettre encore par la suite. J’ai complètement pété les plombs, c’est vague. Je n’ai pas contrôlé ma colère.” 

En réalité, alors qu'il se trouvait dehors, il a continué à avoir un comportement agressif envers les gens qui se trouvaient sur place. Les tenanciers du café ont préféré appeler la police pour éviter tout débordement. Emmanuel en a profité pour rentrer chez lui et aller chercher un couteau à désosser. “Je l’ai pris dans le tiroir de la cuisine”, a indiqué le prévenu qui déclare avoir des souvenir flous. 

L’homme est revenu sur place et s’est dirigé vers le compagnon de la tenancière. Dans un corps à corps, il lui a enfoncé le couteau à cinq reprises dans le dos ! La victime a été notamment touchée au poumon. Il s’en est fallu de peu pour que le coeur ne soit également perforé. Les jours de l’homme étaient en danger. Il a en plus subi de graves séquelles à la suite des faits. Le jugement est prévu pour la fin du mois d’octobre.