Mais pendant quatre jours, la maman déprimée n’a rien fait pour le soigner.

Une Liégeoise âgée de 23 ans a comparu jeudi devant le tribunal correctionnel de Liège pour répondre de négligences aux conséquences mortelles envers un jeune enfant. Cette mère de famille avait laissé mourir son bébé de 7 mois en le privant des soins urgents que son état réclamait.

Alors qu’elle était âgée de 21 ans, cette dame avait donné naissance à un enfant prématuré au début de l’année 2013. Mais le 23 juillet 2013, l’enfant est décédé dans ses bras. L’enquête avait démontré que l’enfant avait été victime de négligences graves de la part de sa maman qui ne l’avait pas nourri et soigné alors qu’il réclamait des soins urgents.

Les médecins avaient constaté que le bébé était dans un état de maigreur important et qu’il était déshydraté. En quatre jours, cet enfant malade avait perdu 1,5 kg et s’était retrouvé en état de dénutrition sévère et dans un état d’hygiène pitoyable.

L’enquête avait également révélé que la maman n’avait rien fait pour apporter de l’aide à son enfant. Elle vivait une double histoire d’amour compliquée avec le père biologique de l’enfant et un autre homme. Elle avait préféré donner la priorité à ses déboires sentimentaux qu’à son enfant. C’est en voulant le forcer à boire que l’enfant était mort dans ses bras.

La prévenue était déjà maman d’un premier enfant. Elle avait avorté d’un second. Lors des faits qui ont coûté la vie à l’enfant issu de sa troisième grossesse, elle était encore enceinte d’un quatrième enfant.

Le parquet a requis une peine d’un an de prison avec sursis probatoire contre la prévenue en tenant compte de sa situation personnelle spécifique. La défense a prétendu à un décès survenu de manière accidentelle. Le jugement sera prononcé le 10 septembre.