Vous êtes propriétaire d’un terrain que vous n’occupez pas ou, du moins, que vous n’entretenez pas ? Un terrain qui jouxte l’espace public et qui peut gêner les badauds par son manque d’entretien ? Rien de grave a priori puisqu’il s’agit d’une propriété privée... quoique !

Depuis quelques jours, la Ville de Liège a adopté un règlement qui lui permet de sanctionner les propriétaires qui ne sont pas assez regardants avec leur bien. À l’instar des sanctions qui frappent les propriétaires d’immeubles inoccupés, la Ville de Liège a décidé de "s’armer" contre l’insalubrité excessive.

En résumé, la modification du règlement prévoit "une obligation d’entretien du domaine privé". Comme le souligne l’échevin de la Propreté publique, André Schroyen, cette nouvelle arme est utile… mais souple. "Entendons-nous bien, nous n’allons pas surveiller la ville en hélicoptère pour voir quel terrain est mal entretenu", rassure l’échevin, "mais, avant, nous ne pouvions pas sanctionner même lorsque des personnes se plaignaient. Désormais, c’est possible."

En effet, s’il s’agit ici de sanctionner, il s’agit de le faire en bonne intelligence avec la population. Et de sanctionner ce qui gêne uniquement.

Question : quand la ville pourra-t-elle sanctionner ? "Je dirais que nous interviendrons lorsque cela pose un problème sur l’espace public essentiellement", explique l’échevin. Ainsi, l’exemple du site dit Palmolive, au Longdoz, est cité tout comme ce cas où une haie pousse au point d’obstruer le passage.

Autre question : que risque-t-on ? "Grâce à cette modification, il y aura une mise en demeure du propriétaire, qui sera obligé d’assainir le terrain". Si ce n’est fait dans un délai fixé (sans doute un mois), la ville interviendra et enverra la facture au fautif… ça peut faire mal !