L’heure est au changement au sein du groupe EPH (Ensemble pour Herstal) : André Namotte, échevin de la Culture depuis 15 ans déjà à Herstal a décidé, à 68 ans, de passer la main… Lors du prochain conseil du 1er mars, un nouvel échevin (apparenté EPH) sera donc en place…

C’est de ce nouvel échevin dont il était question ce jeudi soir lors d’une réunion organisée au sein des membres PS-H, apparentés EPH. La décision est tombée en soirée : c’est Sylvia Spagnoletti, élue depuis octobre 2018, qui a été désignée. Son nom était dans l’air en effet, pour plusieurs raisons, dont le respect de la parité homme-femme au sein du collège. À ce stade en effet, le collège de Herstal est composé de trois femmes et de cinq hommes… il semblait dès lors convenu qu’EPH apporte, lors du remplacement d’André Namotte, une touche féminine. Sylvia Spagnoletti ayant la confiance du parti, elle a été préférée à Fabrice Merola…

Pour plaire au PS ?

La question qui taraude toutefois les observateurs est : pourquoi Sylvia Spagnoletti plutôt que Fabrice Merola, élu depuis 2006 (2e score EPH) et ayant toujours amélioré ses voix de préférence ? Outre la question de la parité, il nous revient que l’alliance PS-EPH (PS-H) aurait contribué à valider ce choix. De quoi remettre en question l’autonomie du groupe EPH à l’égard de son partenaire ? Deux tendances s’affrontent en tout cas au sein du groupe minoritaire et, depuis l’alliance scellée au sein de la majorité, certains reprochaient à André Namotte d’avoir trop souvent suivi la voix PS, sans tenir compte des sensibilités EPH. Chacun jugera. Une certitude : pour rassembler, la nouvelle échevine devra répondre aux attentes… de tout son groupe.