Quatre prévenus étaient cités à comparaître mercredi devant le tribunal correctionnel de Verviers pour s'expliquer sur trois scènes successives de violences, survenues le 5 mai 2019. Deux adolescents, accompagnés chacun de leur grand frère, se sont retrouvés à proximité d'un arrêt de bus d'Andrimont pour régler un différend. Dans un premier temps, des coups ont été échangés puis quelques secondes plus tard, l'un d'eux a exhibé une hache pour effrayer ses adversaires.

Ensuite, le beau-père de la fratrie armée est intervenu, armé d'un couteau. Le second adolescent qui présentait un handicap et se déplaçait en chaise roulante, a directement été désigné comme le coupable de l'agression. Le père de famille s'est alors littéralement jeté dessus. "Monsieur s'est assis sur mon client, amputé des deux jambes et l'a blessé au niveau du pouce et près de l'oreille. Prise de remords, la famille a soigné mon client avant de regagner son domicile", a détaillé l'avocat de la partie civile.

Une troisième scène de violence, impliquant d'autres individus s'est alors déroulée. "Deux hommes, des connaissances de la victime, se sont mis à la recherche de l'auteur des coups de couteau. Après avoir sonné à sa porte, une nouvelle scène de coup a éclaté. Le jeune homme qui s'était présenté avec une hache à l'arrêt de bus s'est muni d'un manche de pioche pour frapper ses adversaires", a relevé la procureure.

Le ministère public a requis des peines de 10 mois de prison à l'encontre du père et de son fils ainsi que six mois de prison pour les deux hommes qui sont intervenus lors de la troisième scène de violence.

Le jugement interviendra dans un mois.