Le tribunal correctionnel de Verviers a rendu vendredi un jugement dans le cadre d'un dossier de mœurs. Un septuagénaire était accusé du viol d'un homme de 51 ans souffrant d'un handicap mental. Le prévenu, qui n'avait pas assisté à l'audience pour des raisons de santé, a été acquitté de la prévention de viol mais reconnu coupable d'attentat à la pudeur. Il écope d'une peine de 3 ans de prison avec sursis probatoire pour ce qui excède la détention préventive. Les faits avaient été découverts en 2019 après que la sœur du quinquagénaire avait aperçu un homme agenouillé devant son frère nu. Pensant dans un premier temps qu'il s'agissait d'un infirmier, elle avait ensuite interrogé son frère, qui lui avait décrit des scènes de fellations réciproques, ce que le parquet considérait comme étant un viol.

Le ministère public n'a pas été suivi par le tribunal qui a estimé que la prévention de viol n'est pas établie à suffisance et en a acquitté le prévenu.