Liège Un nouveau règlement plus simple et plus souple a été voté… il clarifie les choses !

Le dossier des terrasses à Liège, c’est l’histoire d’un éternel inachevé. En 1997, en 2004 et en 2015 déjà, des règlements ont été proposés. Dans la pratique toutefois, ils n’avaient pu être respectés. Trop précis, manquant de souplesse…

Mais ce lundi soir, un tout nouveau règlement était présenté. Et une fois n’est pas coutume, sa simplicité fut saluée par tous les élus. "De 13 pages, nous sommes passés à 4", a ainsi précisé Serge Mantovani, directeur général adjoint. Avec un principe de base mis en exergue : interdiction de privatiser le domaine public. Précision importante : "ce règlement a été réalisé à la suite de rencontres avec des commerçants de l’Horeca des places du Marché, des Carmes et Cathédrale" ; trois zones sensibles.

Désormais, l’autorisation n’est plus délivrée à l’année mais bien pour une période de cinq ans. On distingue les terrasses principales des terrasses complémentaires (extensions occasionnelles de la terrasse principale) et les exceptionnelles, mises en place lors d’une manifestation.

Parmi les conditions, outre le fait de laisser un passage sécuriser, au minimum pour le passage d’une personne à mobilité réduite, on retient que la terrasse doit être déployée dans le prolongement direct de l’établissement, sans dépasser la largeur de la façade, sauf exception.

Principal changement : "la terrasse doit être démontable et amovible à première demande et sans délai". Pas d’appropriation du domaine public donc. Est-ce à dire que toutes les terrasses des places précitées seront enlevées ? "Non, le message est de dire mettez-vous en règles. La logique du fait accompli n’est plus autorisée mais cela sera traité au cas par cas", précise Christine Defraigne, échevine des Finances.

Pas de démontage sans débat donc… quant à l’aspect esthétique, le dialogue est aussi privilégié. Plus question d’harmoniser toutes les terrasses place du Marché par exemple mais les autorisations dépendront aussi de "l’intégration dans l’environnement architectural ambiant".