André Debor, 75 ans, plus connu sous le nom de Tonton Tapis, a été condamné à 12 mois de prison avec sursis et 8 000 euros d’amende avec sursis devant le tribunal correctionnel de Liège pour organisation d’insolvabilité, abus de biens sociaux, faux et détournement d’une Jaguar saisie. Il a également été condamné à ne plus être gérant de société pour une durée de 5 ans. Le fils d’André Debor a écopé d’une peine de travail de 100 heures. La compagne d'André Debor a écopé de 10 mois de prison ferme et 6 000 euros d’amende ferme en récidive légale.

Après avoir exercé pendant de longues années dans la vente de tapis, André Debor s’est reconverti dans l’immobilier. Mais André Debor devait avoir un numéro IPI, il a donc mis à la tête de sa société un homme qui en possédait un. Cet homme n’était qu’un homme de paille et n’avait aucun pouvoir décisionnaire.

André Debor s’est volontairement rendu insolvable pour éviter de devoir payer une pension alimentaire de 3 500 euros à la mère de son fils, mais aussi une condamnation de 54 000 euros qu’il devait honorer après avoir racheté le portefeuille d'un agent immobilier sans le payer. Cet homme a transféré son portefeuille, il n’a pas été payé et il a été contraint de continuer à payer sa franchise. André Debor a pris les clients de la première société et s’est fait verser d’importantes sommes, plus de 88 0000 euros, jusqu’à vider complètement les comptes de la société.

Des faits commis en 2015, juste après la condamnation à payer 54 000 euros. "Il fallait quand même bien que je mange", a déclaré André Debor lors de son premier passage devant le juge. Pour les maisons vendues grâce au numéro de compte de la nouvelle société, l’homme a estimé qu’il s’agissait d’une "erreur", commise à 20 reprises… Le tribunal a estimé toutes les préventions établies.

Précisons que les faits précités sont totalement distinguables des activités commerciales actuelles de Tonton Tapis, qui poursuit son chemin sans le moindre lien avec André Debor.