Le CHR de la Citadelle avait ainsi annoncé l'activation de la phase 1B du plan d'urgence hospitalier, au même titre que les autres structures du même réseau hospitalier (CHU de Liège, CHR de Verviers, centre hospitalier du Bois de l'Abbaye, clinique André Renard, CHR de Huy, ISoSL et clinique Reine Astrid).

Le Groupe santé CHC, qui dispose de quatre cliniques, n'en faisait cependant pas partie. Vendredi, on a appris que la phase 1B y a également été activée. Ce sont ainsi l'ensemble des hôpitaux liégeois qui consacrent désormais 50% des lits en soins intensifs à des patients atteints de la Covid-19. Une certaine proportion des lits classiques est également dédiée à ces patients.

"On est passé à 30 lits en soins intensifs pour l'ensemble des sites. Soit de 12 à 24 au MontLégia, de 1 à 2 à Hermalle et de 2 à 4 à Heusy. Pour l'instant, la clinique de Waremme n'est pas concernée. Si une admission d'un patient Covid devait y survenir, il serait transféré au MontLégia", a-t-on indiqué vendredi au service communication du Groupe santé CHC. "Quant aux autres lits en hospitalisation, ils sont passés de 60 à 120."

De manière générale, cette mesure va entraîner une réorganisation des activités, à savoir la déprogrammation d'interventions jugées non urgentes ou encore la réinstauration de consultations téléphoniques.

A la sortie des vacances d'été, le groupe santé CHC comptait moins de dix patients Covid hospitalisés et plus un seul en soins intensifs. A ce jour, on y dénombre 15 patients en soins intensifs (11 au MontLégia, 1 à Hermalle et 3 à Heusy) ainsi que 65 autres hospitalisés dans des lits classiques (46 au MontLégia, 6 à Hermalle et 13 à Heusy). Avant le passage en phase 1B, la capacité maximale au MontLégia était donc quasiment atteinte.

Au pic de la pandémie, le 8 avril dernier, le Groupe santé CHC avait enregistré 54 patients Covid en soins intensifs et 115 autres hospitalisés. Au MontLégia, la plus grosse structure du groupe, on dénombrait 99 patients, dont 36 en soins intensifs.

Après avoir stoppé le dépistage afin de résorber les retards au niveau des analyses, le Groupe santé CHC l'a réactivé mais sur base d'un quota de prélèvements quotidiens afin d'être en mesure de respecter le délai de 24 heures pour communiquer les résultats.