Au conseil communal de Liège de la fin novembre, les conseillers ont évoqué la problématique du tram qui, au vu de sa longueur commence tout doucement à ressembler au fiasco de la construction de la place Saint-Lambert et qui, en tout état de cause commence à agacer les Liégeois.

À l’époque, des rumeurs faisaient état d’un chantier qui ne verrait pas la fin avant… 2025 ! Rumeurs démenties le consortium Tram’Ardent, en charge de la réalisation des travaux. Ledit consortium admettait les retards et annonçait un nouveau calendrier pour fin de cette année.

Et sur ce point, le consortium a tenu les délais estimant la fin du chantier pour la fin du printemps 2024.

Une annonce qui a pour le moins surpris le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer. "Tram’Ardent avait formellement démenti, le 29 novembre dernier, un report en 2024" s’étonne le mayeur.

En 2017 déjà…

"Face à l’accumulation des retards, et s’agissant d’un projet régional, j’ai multiplié depuis plusieurs mois les démarches auprès de l’OTW (donneur d’ordre) et du Ministre régional de la Mobilité, Philippe Henry, afin d’obtenir des éclaircissements précis sur les intentions de Tram’Ardent en matière de délai. En novembre, en raison de rumeurs de report de la mise en service, j’avais une nouvelle fois rappelé à l’ensemble des acteurs du projet que tout retard non justifié par un cas de force majeur serait inacceptable pour les Liégeoises et les Liégeois, comme pour le Collège communal".

Depuis le démarrage du chantier et selon Willy Demeyer, les services de la Ville de Liège et de la Zone de Police locale collaborent quotidiennement avec les équipes de l’OTW pour veiller au respect du planning proposé par Tram’Ardent. Tous les efforts ont été faits pour faciliter le déroulement du chantier, dans le respect du tissu économique liégeois et de la vie quotidienne des habitants.

"Malgré cet accompagnement permanent du projet, force est de constater que les délais annoncés initialement ne sont pas respectés et je me montrerais extrêmement vigilant dans les mois à venir".

Du coup, dès ce lundi, les services de la Ville prendront contact avec ceux du Donneur d’ordre afin d’envisager les prochaines phases de chantier et la meilleure façon d’en accélérer autant que possible le déroulement.

Rappelons que la ville de Liège était candidate à l’organisation de l’exposition internationale en 2017. Battue par Astana, la Cité ardente avait évoqué, dans son dossier de candidature, le passage du tram dans ses différents quartiers…