L’opposition au projet n’aurait jamais été aussi forte, Les arguments sont légion

OUPEYE Il y a quelques jours à peine, nous évoquions cette manche gagnée par les porteurs du projet Trilogiport, plateforme multimodale de plus de 100 ha qui doit s’installer en bordure du Canal Albert, à côté du village de Hermalle-sous-Argenteau… où l’opposition citoyenne fourbit ses armes.

Nullement perturbée par la décision (recours en suspension cassé), “qui était attendue” , expliquait Henri Fastré, de l’ASBL Les Bassis Mosans qui s’oppose au projet, l’association se dit renforcée et développe tous les jours de nouveaux arguments.

“Nous avons organisé un souper pour obtenir des fonds, comme toujours” , explique le membre de l’association. “Et nous n’avons jamais servi autant de repas. Nous étions plus d’une centaine.” Au menu de la soirée : les dernières informations concernant ce recours bien sûr mais surtout les recours toujours latents. Car il reste bien deux recours en annulation qui pourraient avoir raison du projet, dont un pour lequel le premier auditeur a rendu un avis positif. Le Conseil d’État suit 9 fois sur 10 l’avis du premier auditeur.

Aujourd’hui par ailleurs, les arguments abondent toujours dans le sens de l’association, dit-elle. “On sait que d’ici peu, on verra sur nos routes comme aux Pays-Bas des camions longs convois” . Ces Écocombis sont 1,5 fois plus long que les camions actuels; les professionnels du secteur plaident effectivement pour leur utilisation, plus écologique et plus économique. “Si on les utilise, ce qui n’est qu’une question de temps, il faudra régler le problème d’accès au Trilogiport” , poursuit Henri Fastré.

Le citoyen évoque non seulement le passage à l’échangeur de Cheratte mais surtout l’accès via le pont de Hermalle et par le pont Nord… une épine de plus pour ce projet qui aurait initialement dû être inauguré en 2012 !



© La Dernière Heure 2012