Sur le site classé du Trixhe Nollet, un privé veut construire… depuis 26 ans !

Ici, nous sommes à proximité du petit hameau de Hayen, abritant à peine une trentaine de chaumières et situé entre Beaufays et Méry, à la lisière du Bois-le-Comte. Les jours de beaux temps, le coin ressemble au paradis : de vastes prés humides, une mare où se prélassent un héron, des tritons et des grenouilles rousses, deux chantoirs ou encore ces futaies de chênes qui accueillent l’écureuil roux, le pic, voire les sangliers, les chevreuils et les blaireaux. Et cette vieille ferme qui tombe en ruine !

Précisément, c’est au départ de ce bâtiment qu’une polémique anime le hameau depuis près de 30 ans ! Car c’est cet édifice et quelques terrains alentours qui furent achetés par un privé, au milieu des années 80. Et car c’est ici que ce dernier espère (toujours) construire.

Aujourd’hui, un sixième projet est sur la table. Des habitants regroupés au sein du Groupement de défense du site paysager du Trixhe Nollet s’y opposent comme ils se sont opposés aux 5 autres et ce, même s’ils reconnaissent que ce projet n’est pas le pire.

"Le tout premier prévoyait 16 maisons, aujourd’hui, ce sont 4 habitations en pierre. Nous ne sommes pas contre les constructions mais nous voulons juste préserver un site qui est merveilleux", nous expliquent-ils.

Que craignent-ils ? Que ce projet ouvre la voie vers une liaison entre le hameau et Beaufays. Dans leur argumentaire, il y a la préservation de la faune et la flore locale bien sûr, mais aussi le fait que le site est doublement classé, comme site de grand intérêt biologique notamment. Par ailleurs, ils ont toujours remis en doute l’affectation en zone à bâtir sur ce site jadis agricole (lire ci-contre).

Plaidant sa bonne foi, le groupement insiste sur cet autre projet, de 8 habitations, prévu au cœur de Hayen, "et auquel on ne s’oppose pas puisqu’il vise à densifier le village". La demande de permis est introduite, l’enquête publique se clôture le 23 décembre prochain.