Manifestement, le dialogue social ne s'est pas amélioré au sein de la Haute Ecole de la Province de Liège (HEPL). Pour son troisième jour de grève, ce mardi, une partie du personnel s'est déplacé en cortège jusqu'au cabinet de la députée provinciale en charge de l'enseignement, a indiqué le secrétaire du sous-secteur Province à la CGSP - Enseignement, Philippe Naime.

Parmi les reproches exprimés par la CGSP-Enseignement, il y a notamment le manque de moyens, la vétusté de certains locaux et l'absence de concertation sociale. L'organisation syndicale dénonce ainsi le fait, par exemple, que des informations importantes ne soient présentées qu'oralement ou encore la mise à disposition tardive de documents nécessaires.

"La direction se prive de l'avis éclairé de ses enseignants et de leurs représentants alors qu'une concertation efficace éviterait des difficultés importantes sur le terrain. Je pense notamment à la situation persistante de mal-être et de sous-encadrement, particulièrement dénoncée dans le département des sciences de la motricité depuis septembre 2021", relève Philippe Naime.

En janvier dernier, des enseignants de ce département s'étaient mis en grève, pour la deuxième fois depuis le début de l'année académique, afin de dénoncer un manque de moyens. Ils assuraient qu'il manquait 40 équivalents temps plein pour atteindre un taux moyen d'encadrement identique à celui des autres départements de la HEPL.

Ces difficultés sont également ressenties par les étudiants, comme en attestent la Fédération des Etudiant(e)s Francophones (FEF) et le conseil étudiant de la HEPL qui ont exprimé leur soutien à cette action. Des étudiants se sont ainsi joints aux enseignants dans le cortège qui a quitté le Campus 2000, à Jemeppe-sur-Meuse (Seraing), pour se diriger vers le cabinet de la députée provinciale en charge de l'enseignement. Les représentants syndicaux espéraient y rencontrer le pouvoir organisateur "pour jeter les bases d'un dialogue vrai et permettre une rentrée académique 2023 apaisée".

De son côté, le Collège de Direction ne peut que s’étonner de ce mouvement de grève. "En effet", explique-t-il, "au cours des différentes réunions de concertation organisées avec les représentants du personnel, et tout récemment encore lors de la réunion de la Commission paritaire locale qui s’est tenue ce lundi 14 mars, toutes les informations quant à la gestion du personnel et à la situation budgétaire ont été présentées. Lors de cette même réunion, tous les constats posés par la Direction ont été partagés par les représentants du personnel, et notamment le fait que, au cours des dix dernières années, le coût du personnel a augmenté deux fois plus vite que le budget de la HEPL. Aussi, la volonté de maintenir, au sein de la Haute Ecole de la Province de Liège, une gestion financière saine, mais rigoureuse, a été approuvée à l’unanimité lors de la séance de l’Organe de gestion qui a suivi, en ce compris donc par les représentants du personnel".

Et la direction de donner quelques chiffres. "A titre d’exemple, malgré une indexation moyenne de 4,07% des coûts du personnel en 2022, aucune perte d’emploi n’est à déplorer à la HEPL, qui a même procédé à l’engagement de 11 enseignants depuis septembre 2021, dont 7 au sein du Département des sciences de la motricité. Par ailleurs, lors de cette même réunion de l’Organe de gestion, la nomination de plus de 10 enseignants dans les prochains mois a été confirmée, portant à plus de 135 le nombre d’enseignants nommés au cours des 10 dernières années".

"Quant aux demandes exprimées par les étudiants de ce même Département, elles ont été évoquées lors des réunions qui se sont tenues jeudi dernier et ce lundi encore avec les représentants du Conseil Etudiants. A cette occasion, les nombreuses réponses apportées à ces demandes ont été rappelées, à la satisfaction des étudiants.Toutes ces informations ont été rappelées aux représentants des enseignants et des étudiants reçus ce matin, notamment par Mme la Députée en charge de l’Enseignement, Mme Muriel Brodure-Willain".