Au cours des derniers jours, des habitants de Neupré, essentiellement de Plainevaux et de Neuville-Domaine, ont eu la désagréable surprise de constater des dégâts sur leur propriété ayant été causés par des sangliers. Des dégâts similaires ont également été observés sur l’espace public, notamment aux abords du hall omnisports.

Aussi, au vu de la prolifération de sangliers sur le territoire de Neupré et leur présence régulière à proximité des habitations, des chasseurs ont été autorisés à faire le nécessaire pour en réduire le nombre. Pourquoi sont-ils si nombreux ? "Un hiver doux, comme l’a été particulièrement le dernier, entraîne une prolifération de nourriture à la disposition des laies. Ainsi, comme on me l’a expliqué, elles ont grossi plus vite et dès qu’elles ont atteint 40 kg, elles peuvent commencer à avoir des jeunes. Les chasseurs ont vu pas mal de grosses laies avec des portées importantes de 7 à 8 petits. Des portées qui peuvent aller jusqu’à 10 petits", souligne la bourgmestre de Neupré, Virginie Defrang-Firket.

Et celle-ci d’ajouter que cela n’a pas été décidé de gaieté de cœur mais qu’il en va de la sécurité des citoyens sachant que ces animaux peuvent être dangereux une fois qu’il y a des petits… Cette présence accrue constitue également un risque plus élevé d’accidents de circulation.

"Au-delà des dégâts importants qu’ils occasionnent dans des propriétés privées et sur l’espace public, à la recherche de nourriture, ils portent également atteinte à la biodiversité puisqu’ils détruisent ainsi diverses espèces", ajoute la bourgmestre, qui se veut rassurante.

"Ce sont des chasseurs agréés, qui ont reçu l’autorisation du DNF (NdlR : Département de la nature et des forêts de la Région wallonne), qui peuvent intervenir de jour comme de nuit, avec des lunettes thermiques, selon les besoins et constatations sur le terrain."

Friands de hannetons

C’est parce qu’ils sont à la recherche de nourriture que les sangliers sortent des bois et s’aventurent dans les propriétés. "Les composts et les fruits tombés des arbres les attirent. Ils ne reculent devant rien pour manger et sont de moins en moins farouches…, poursuit la bourgmestre. Il semble également qu’ils soient friands de hannetons qu’ils trouvent dans les 2 à 3 premiers centimètres de terre et c’est pour cela qu’ils retournent les pelouses."

Les citoyens qui constatent la présence de sangliers dans leur propriété ou sur l’espace public sont invités à le signaler à la commune, voire à la police.

J.Def.