Depuis les inondations du 14 et du 15 juillet dernier, la mobilité liégeoise est particulièrement complexe… dans les quartiers de Chênée et d’Angleur mais aussi, et surtout, à cause de la fermeture de la liaison autoroutière A 602 (tunnel de Cointe). Pour rappel en effet, l’Ourthe a, pour la première fois, débordé au point d’envahir tout le quartier d’Angleur… et de pénétrer dans la liaison autoroutière, remplissant intégralement les trémies de Chênée mais également les parties du tunnel en rive droite de la Meuse (Grosses-Battes et Kinkempois).

Et le SPW d’annoncer dès lors une fermeture durant plusieurs semaines.

Ce mercredi toutefois, le bourgmestre de Liège laissait entrevoir la possibilité de rouvrir une partie importante du tunnel, actuellement toujours fermé entre les Grosses-Battes et Burenville. Le mayeur évoquait en effet la possibilité d’ouvrir la partie Burenville-Val Benoît, soit celle qui n’avait pas été inondée, d’ici 24 à 48 heures…

Il semble toutefois que cette annonce soit trop optimiste. Ce jeudi le SPW revenait sur la situation du Tunnel de Cointe et nous confirmait ne pas pouvoir, à ce stade, donner de date de réouverture, même pour la partie comprise entre Burenville et le Val Benoît.

En effet, si cette partie n’a pas été touchée par les inondations, elle dépend aussi directement de toutes les installations techniques qui, elles, ont été fortement endommagées (on rappelle que le tunnel a été immergé jusqu’au plafond en rive droite).

Ainsi, après le pompage de l’eau, la majeure partie du travail de réhabilitation du tunnel consistera à vérifier l’état des locaux techniques, à s’assurer de la fonctionnalité de la haute et basse tension, à vérifier le système des caméras ou encore de la signalisation dynamique… un travail de longue haleine. Patience donc.