C'est un triste anniveraire que les clients du restaurant "Aux Pâtes Fraîches" ou plus largement ceux qui y ont dégusté la fameuse lasagne du commissaire vont célébbrer dans quelques jours. En effet le 18 février de l'année dernière, Moncef Azizi est parti discrètement à l’âge de 72 ans des suites d'un cancer. Il était le propriétaire d'un des plus anciens restaurant de Liège, "Aux pâtes fraîches" situé rue Saint Gilles, véritable institution de la ville, qu'il a tenu pendant 40 ans avec son épouse avant de remettre son commerce et de prendre une retraite bien méritée à plus de 68 ans.

C’est en 1964 qu’il arrive à Liège, pour y faire des études de Chimie, qu’il finit par abandonner pour ouvrir son premier commerce La Pizzeria Saint-Gilles, rebaptisée quelques années plus tard Aux pâtes fraîches. Alors que les restaurants italiens ne sont pas légion dans la région, le succès est immédiat ; le restaurant ne désemplira plus.

Surnommé Michel par ses clients, Moncef proposait un service personnalisé aux réguliers, toujours présent service après service. Sa spécialité ? La fameuse lasagne du commissaire, une recette unique à base de papardelles qui tire son nom d’un client dans les forces de l’ordre dont nous tairons le nom, qui bien éméché un soir a débarqué en fin de service et a demandé qu’on lui concocte un plat, avec tout ce qu’il restait sous la main du chef, une histoire que Moncef aimait à raconter autour d’un verre.

il aimait Liège, sa ville d’adoption et participait activement à la faire vivre ; il a été un membre actif de plusieurs de ses cercles au fil des ans : du Yacht club, au Lion’s club en passant par l’ordre international des Anysetiers, parmi d’autres. Mécène à ses heures, il a également sponsorisé de nombreux clubs et évènements, comme l’Old Club Hockey Liège, le festival de Jazz à Liège, le comité de baptême Philo et Lettres de l’ULG, pour ce ne citer que ceux-là. Il a également mis à disposition ses murs pour divers artistes peintres ou photographes qui ont pu exposer leurs œuvres gracieusement dans son restaurant.

Plusieurs personnalités sont passées par les « Pâtes fraîches » : Raymond Devos, Philippe Bouvard, Jean Lefèbvre, Jacques Martin, Sim, Michel Boujenah, les frères Dardenne, le Baron Edouard-Jean Empain ou encore l’ensemble des participantes au concours Miss Belgique en 1991 et la troupe du théâtre Arlequin qui venait y manger après chaque représentation. Il accueillait aussi bon nombre de journalistes et de personnalités politiques.

Malgré son franc-parler, il avait un grand cœur comme peuvent en témoigner les enfants qui y venaient avec leurs parents et qui savaient que s’ils étaient sages, Moncef leur offrirait une glace de chez Franchi, son voisin, plutôt que de proposer ses desserts à la carte. Pas moins de trois générations d’enfants ont pu concocter leurs propres pizzas avec lui, quand le service était plus calme.

Il a laissé derrière lui son épouse Jalila, ses deux filles, Insaf et Inès et ses 4 petits enfants, Marion, Alexandre, Emir et Sofia ainsi qu’une liste infinie d’amis et de Liège et à travers le monde.