Ecolo dénonce le financement du Club-house d’Embourg

CHAUDFONTAINE “Nous n’avons rien contre le Club-house, ni contre le Tennis club d’Embourg mais bien contre la manière dont le premier a été financé, c’est-à-dire quasi exclusivement sur base de fonds publics alors qu’il n’est absolument pas accessible au public…”, souligne Lionel Thelen, président de la locale Ecolo de Chaudfontaine.

Ce Club-house avait déjà fait grincer des dents bien avant sa construction.

Lors du conseil communal d’avril 2008, l’opposition avait émis des réserves quant au mode de financement qui prévoyait une répartition entre la commune, la Région wallonne et le club.

Ainsi, sur un investissement total estimé à l’époque à 960.000 €, la part communale s’élevait à 337.000 € et la part de la Région wallonne à 371.000 €. Le reste était à charge du club qui, pour y faire face, a contracté un emprunt auprès de la commune.

Au final, ce sont “plus de 350.000 € et près de 400.000 €” provenant respectivement de la commune et de la Région wallonne qui ont été injectés dans ce Club-house !

Ecolo s’insurge d’autant plus qu’il s’agit d’un club privé… “Seuls un peu plus de 100 Calidifontains ont accès à cette infrastructure”, poursuit Lionel Thelen. “Comment la commune peut-elle financer un club ouvert uniquement à tout nouveau candidat-membre sur base de deux parrainages de membres depuis plus de trois ans et exigeant non seulement une cotisation quasi double de celle du Tennis club de Beaufays (pour une utilisation deux fois moindre puisque Beaufays dispose d’une bulle permettant de jouer toute l’année…) mais également un “droit d’entrée”…



© La Dernière Heure 2012