Un entraîneur de volley-ball âgé de 37 ans a été condamné jeudi par le tribunal correctionnel de Liège à une peine de deux ans de prison avec un sursis de cinq ans pour avoir commis des faits d'attentats à la pudeur et de viols sur une joueuse de Fléron âgée de 13 ans. Les faits avaient été dénoncés en 2011 lorsque la jeune fille avait atteint sa majorité et n'avait plus pu tenir au secret les faits dont elle avait été victime. 

Lors du premier trimestre 2006, alors qu'elle était âgée de 13 ans et faisait partie d'une équipe de jeunes filles dirigée par le prévenu, elle avait été la cible de gestes déplacés et s'était retrouvée dans des situations auxquelles elle ne pouvait se soustraire.

Son entraîneur, un homme marié âgé de 30 ans à l'époque et dont l'épouse attendait un enfant, usait de différents stratagèmes pour l'attirer dans les vestiaires ou dans sa voiture afin de lui imposer des attouchements.

Le prévenu, actuellement domicilié en France, contestait les faits. Il n'avait reconnu avoir embrassé sa joueuse qu'à une reprise et avait soutenu que la jeune fille mentait. Mais le tribunal a déclaré les préventions d'attentat à la pudeur et de viol établies avant de le condamner à une peine de deux ans de prison avec sursis.