Liège

Le réaménagement des quais démarrera ce lundi 19 novembre… et va durer 2 ans !

LIÈGE Deux années de patience, c’est le temps qu’il faudra aux milliers d’automobilistes qui, quotidiennement, empruntent les quais de Liège, ceux de la rive gauche de la Meuse en l’occurrence, du pont de Fragnée au rond-point de l’Évêché.

Ce lundi 19 novembre, des mesures de circulation seront prises dans le cadre de ce chantier qui doit permettre le réaménagement complet des quais. Objectif : rendre l’espace aux Liégeois en empiétant sur celui des automobilistes.

Ces travaux menés par le Service public de Wallonie entendent rencontrer une volonté maintes fois exprimée en Cité ardente, celle de se réapproprier le fleuve.

Pour ce faire, le chantier qui s’installe pour le moment vise à supprimer le caractère autoroutier des quais en incitant le trafic de transit à contourner la ville. Mais il ne suffit bien sûr pas de faire passer la vitesse de 70 km/h à 50 (ce qui est prévu); deux phases de travaux (d’un an chacune), sont nécessaires.

Sur le terrain, il s’agira de créer un boulevard urbain avec une berme centrale, bordé d’un parcage longitudinal et de trottoirs, avec des carrefours pour chaque rue venant de la ville vers le fleuve.

Des espaces généreux pour les cyclistes et les piétons seront alors créés. Il s’agit à terme d’augmenter l’accessibilité aux quais depuis le quartier des Guillemins.

Cet objectif va se traduire, durant la première phase (1 an), par la démolition de la trémie Paradis, par la construction d’un tunnel de la rue des Vingt-Deux à la rue de Fragnée, par la réalisation d’un demi-boulevard côté façades, du pont Albert Ier à la rue de Fragnée ainsi que par la démolition du parking de l’héliport.

Dans un second temps, il s’agira de construire la 2e partie du tunnel, de la rue des Guillemins à la rue des Vingt-Deux, de réaliser le boulevard du côté Meuse (2e partie), de réaliser des dessertes du boulevard Frère-Orban et de l’avenue Blonden ainsi que de la créer d’un parc en bord de Meuse. Dans les cartons, on envisage aussi un parc au niveau de l’avenue Blonden.

Nul besoin de préciser que, durant les travaux (comme après), un nouveau comportement sera suscité par ces nouveaux quais, à savoir le report du trafic de transit sur les axes rapides périphériques comme l’autoroute, voire les quais de la Dérivation.



© La Dernière Heure 2012