Les jours se suivent et, si cela continue, il ne restera bientôt plus que des "remplaçants" sur les bancs du conseil communal verviétois en fin d’année. Dans le cadre de la crise politique qui fait vaciller Verviers depuis le début de l’été déjà, un nouveau départ vient en effet d’être annoncé du conseil communal. Il ne s’agit pas d’un élu CDH cette fois (lire ci-contre) mais bien d’un libéral. C’est en effet Michel Grignard, élu depuis 2018, qui a décidé de laisser sa place à un autre élu. Il explique les raisons de son départ… Comme Marc Elsen, il dit vouloir rester cohérent avec ses valeurs.

Question d’honneur…

Les rats quittent le navire est-on souvent tenté de dire lorsque certains semblent fuir leurs responsabilités. Pour éviter le quiproquo, l’élu libéral verviétois, qui a adressé à la bourgmestre et à son chef de groupe Maxime Degey sa lettre de démission, explique faire ici l’inverse que fuir. "Je tiens à assurer à toutes celles et tous ceux qui m’ont fait confiance lors du scrutin communal qu’en démissionnant je leur fais honneur. En respectant les valeurs pour lesquelles ils m’ont fait confiance : la parole donnée, le respect et l’engagement dans un cadre démocratique. En posant cet acte je veux rester cohérent par rapport aux engagements que j’ai pris envers eux", explique Michel Grignard.

Aujourd’hui, l’homme explique en effet être profondément déçu des derniers rebondissements politiques locaux…

"Au cours des derniers mois, j’ai dû faire le constat qu’au sein même de notre hémicycle, les valeurs auxquelles je suis viscéralement attaché étaient bafouées publiquement"… La parole donnée, le respect de la loi en matière de démocratie locale, insiste-t-il.

"Il ne m’est plus aujourd’hui possible de continuer à siéger sereinement à la place qui m’a été confiée et je suis dans l’obligation de remettre mon mandat à disposition de mon parti auquel je reste attaché".

Dont acte… au sein du conseil, c’est le jeune Amaury Deltour qui devrait remplacer Michel Grignard au conseil communal.