Il est dit que le Standard n’obtiendra son permis pour transformer son stade que dans la douleur.

En effet, ce jeudi une société bruxelloise, Immo Power vient d’introduire un recours au Gouvernement wallon, contre ledit permis.

Le motif de ce recours n’est pas urbanistique, mais plutôt d’ordre commercial. En effet, Immo Power est propriétaire de plusieurs locaux commerciaux dans les environs immédiats du stade et estime que le développement commercial est “inopportun”. Son recours n’est pas suspensif et sera examiné la commission de recours du gouvernement wallon. Une audition est d’ailleurs prévue le 10 juin prochain. À l’issue des travaux de la commission, un rapport sera rendu aux ministres wallons compétents qui prendront alors leur décision.

Pour rappel, le permis a été accordé début avril. Il s’agit en fait d’un permis intégré, qui comprend donc une autorisation d’exploiter, un permis d’environnement, une autorisation d’urbanisme et une autorisation socio-économique. Autant d’aspects qui en font un dossier complexe. Il concerne l’extension du stade mais aussi la nouvelle esplanade l’entourant et la modification de tout l’échangeur d’Ougrée.

Pour rappel, l’objectif de ce titanesque chantier est de créer à Sclessin un véritable pôle autour du Standard, avec un ensemble de services tels que des bureaux, de l’Horeca, une crèche, une zone commerciale ou encore une zone de loisirs. L’objectif est, en fait, de réaménager l’enceinte en augmentant le nombre de places dans les tribunes, qui passerait de 28.700 à 32.126.

Le budget total avoisine les 100 millions d’euros. Les travaux devraient se dérouler en différentes phases et s’étaler sur plusieurs années.