Lorsqu’il s’agit de vanter les mérites de la commune de Flémalle, on entend souvent dire que le territoire est constitué pour deux tiers d’espaces verts. Et parmi eux, il y a notamment des chemins de promenade autour du fort et cet espace insoupçonné abritant des vignes… Il y a quelques années, le vignoble a changé de propriétaire pour finalement, il y a peu, être racheté par la Province de Liège à des fins pédagogiques.

Ce mardi, le centre provincial de formation en agriculture et ruralité (CPFAR) a présenté le projet qui le lie à trois autres centres d’enseignement agricoles limbourgeois (Belgique et Pays-Bas) dans le cadre d’un financement européen Interreg Euregio Meuse-Rhin. Ce projet, nommé EMRWine, vise à développer, sur une période de 30 mois, un programme de formations et de sensibilisation ainsi qu’une charte des bonnes pratiques en vue d’une viticulture de plus en plus verte.

Selon le député provincial en charge de l’Agriculture, André Denis, il s’agit, sous une telle approche, d’une première en Europe !

Le CPFAR coordonne le projet EMRWine au départ de ce vignoble qui se compose d’environ 5 000 pieds de vigne, sur 1,3 hectare.

"Les premiers pieds qui y ont été plantés sont du chardonnay. Ensuite, il y a eu du pinot gris et du régent de première génération. Ces vignes, âgées de 14 à 23 ans, sont parmi les plus anciennes de Wallonie", a souligné Michel Delrée, coordinateur du projet pour le CPFAR.

Un nom qui ne vous est peut-être pas étranger sachant qu’il a été, plus jeune, premier sommelier de Belgique…

Un laboratoire

Ces pieds de vigne étant à maturité, des formations pourront assez rapidement être dispensées à destination des écoles. "Notamment l’institut provincial d’enseignement agronomique de La Reid qui va introduire la viticulture dans son programme mais aussi pour des demandeurs d’emploi et professionnels qui souhaitent se spécialiser", a-t-il précisé.

Il s’agit aussi d’utiliser ce vignoble comme laboratoire pour y tester non seulement de nouveaux cépages mais aussi d’autres méthodes afin d’introduire, à terme, la notion de biodynamie. "On va réintroduire des haies afin de favoriser les insectes auxiliaires qui éliminent d’autres insectes nuisibles aux vignes".

Des visites et animations pour les écoles pourraient, par ailleurs, être proposées au moment des vendanges.