Ce lundi dès l’aube et à l’initiative de l’ASBL Navetteurs.be, une trentaine de personnes se sont rassemblées à la gare d’Ans.

Les manifestants voulaient ainsi protester contre la fermeture annoncée de 44 guichets de gare dont celui de la gare d’Ans. Une décision qui a fait couler beaucoup d’encre mais qui a été confirmée par le Conseil d’Administration de la SNCB.

Pour l’occasion, les membres de l’ASBL étaient accompagnés d’une délégation de la CSC-Transcom et d’une autre de la CGSP-Cheminots.

“Le but de ce mouvement de protestation a pour but de mettre le monde politique en face de ses responsabilités”, a ainsi expliqué à l’agence Belga, le porte-parole de l’association Gianni Tabbone, qui ajoute que c’est aussi l’occasion de discuter avec les voyageurs et de les sensibiliser à une pétition rassemblant pour l’instant 3 600 signatures.

Les 44 guichets seront progressivement fermés d’ici la fin 2021. À partir de ce lundi, une période de transition entrera en vigueur et les horaires de ces guichets seront modifiés avec une ouverture de deux à trois jours par semaine, jusqu’à leur fermeture définitive.

Sur place, des stewards informeront les voyageurs sur l’utilisation des automates de vente et des brochures seront mises à disposition pour détailler les différents canaux de vente. Des séances d’information et de démonstration seront également organisées dans les gares concernées.

Afin d’assurer une présence humaine dans les gares, la SNCB compte collaborer avec les communes et lancer un appel à projets adapté au contexte local et à l’état des bâtiments pour remplir les locaux à disposition. L’entreprise ferroviaire se dit prête à offrir des conditions favorables aux activités sans but lucratif (associations, activités culturelles et sociales).

D’après la CGSP Cheminots, qui conteste la décision avec d’autres syndicats et l’association de voyageurs Navetteurs.be, cette opération entraînera la suppression de 77 équivalents temps plein.