Le 16 février dernier, à la demande de la police fédérale, un avis de recherche était lancé relativement aux émeutes du 13 mars 2021 qui ont secoué Liège… et moins de 24 heures plus tard, ce sont 18 des 27 personnes recherchées qui furent identifiées.

Près d’un an après ces terribles événements durant lesquels 36 policiers furent blessés à des degrés divers, l’enquête avance même si cette dernière est complexe… "Il a notamment fallu analyser des milliers de captures d’écran", nous rappelait ce mercredi Catherine Collignon, porte-parole du parquet de Liège. Un travail qui a toutefois payé puisque, aujourd’hui, une cinquantaine de personnes ont pu être identifiées sur 120 initialement ciblées.

Scènes de guerre civile

Le 13 mars 2021, c’est donc en marge d’un rassemblement du mouvement "Black lives matter" que les faits s’étaient produits. La manifestation s’était déroulée en soutien à cette dame, arrêtée de manière musclée suite à une rébellion, le lundi précédant les événements. Plus de 200 casseurs s’étaient ainsi invités dans la manifestation qui se déroulait au cœur de Liège… et en quelques secondes, tout avait dégénéré. Alors que les casseurs s’en prenaient aux vitrines commerciales, plus de 250 agents des polices locale et fédérale étaient intervenus. De véritables scènes de guerre civile avaient secoué la Cité ardente, l’usage de canons à eau et de gaz lacrymogènes avait été nécessaire pour disperser une foule restée hostile de longues heures.

Suite à ces émeutes, plusieurs dossiers furent ouverts par le parquet. Le principal, à l’instruction, concerne les faits de violences envers les policiers. Suite à l’appel de février, 18 émeutiers, majeurs, ont donc pu être identifiés. Avec les 15 personnes déjà identifiées, ce sont donc désormais 33 majeurs qui sont connus de la justice. Violences envers les policiers toujours : 15 mineurs ont également pu être identifiés, dont 13 passeront devant le juge de la jeunesse. Un autre dossier lié aux émeutes concerne le saccage du magasin JD Sports, situé dans les galeries Saint-Lambert. 24 personnes ont ici été identifiées, dont 13 majeurs. Concernant les dégradations commises à l’hôtel ville de Liège et celles au commissariat Wallonie Liège-centre, on dénombre respectivement 4 et 7 suspects… 4 ont pu être identifiés au total.

Il est évident que certains auteurs sont responsables de plusieurs infractions citées… À ce stade, aucun mandat d’arrêt n’a encore été délivré. Il n’en reste pas moins que, pour les violences commises envers les policiers, les auteurs (porteurs d’armes) risquent des peines allant jusqu’à 10 ans de prison.