Ce mardi matin et comme il l'avait annoncé, le personnel du Bloc opératoire et du Réveil du CHC MontLégia a observé un arrêt de travail pour dénoncer les conditions dans lequel il évolue depuis des mois. Une action qui est soutenue par la CNE-CSC.

"De promesses en promesses, la situation de ce service est devenue inacceptable. Pression des chirurgiens, manque de respect, pas de temps de table, manque de personnel infirmier, de brancardage, de nettoyage et de logistique… Trop, c’est trop! Soit des solutions sont apportées très rapidement, soit d’autres actions suivront, s’exclame la délégation CNE-CSC. En effet suite à la pandémie, de nombreuses opérations qui avaient été déclarées non-urgentes ou non essentielles ont été reportées et le retard à résorber met le personnel sous tension. Personnel qui, de son côté, a aussi connu son lot de malades.

© JMC
Vers 7 h 30, une cinquantaine de manifestants, essentiellement du personnel infirmier étaient donc devant l'entrée de l'établissement de soins. Notons que plusieurs médecins et anesthésistes étaient également de la manifestation pour montrer leur solidarité.

"Au Montlégia, nous sommes encore en train de négocier pour recevoir l'argent du fonds blouses blanches qui nous aurait permis de mettre en place 67 équivalents temps plein il y a des mois", affirme Mme Linder de la CNE-CSC.

Aucune autre action n'est prévue pour l'instant, mais "nous devrons passer à la vitesse supérieure si le bloc opératoire n'est pas entendu", souligne Mme Linder.

Il semble à ce titre qu'une réunion "blouses blanches" avec la direction aura lieu le 20 mai : la CNE négociera l’engagement des 67 équivalents temps plein pour le CHC.