Liège

On le sait, rien n’est acquis sur les hauteurs de Liège, pour ce projet d’extension du zoning des Hauts-Sarts, plus grand du genre en Wallonie. Alors qu’une procédure est entamée pour étendre de 50 hectares (zone 4), le parc d’activités économiques sur la commune d’Oupeye en effet, aucun permis n’est actuellement délivré.

La procédure relative à l’extension avance toutefois à grand pas et, mi-juillet, l’étude d’incidences préalable au dépôt de permis, s’achevait. Une étude qui révèle quelques éléments intéressants…

Au niveau de la stabilité en effet, l’étude révèle que certains puits de mine, nombreux dans la zone, "sont répertoriés à proximité de l’échangeur A 60/E 40". Parmi ceux, un est jugé "potentiellement problématique au regard des travaux projetés".

Mais c’est aussi cette décharge, directement située sous la zone 4, qui inquiète. D’après le rapport en effet, il serait "indispensable" de réaliser "des investigations visant à caractériser la nature et le volume des matériaux enfouis, afin d’évaluer la compatibilité des aménagements prévus en surface, tant en terme de stabilité qu’en terme de risques pour la santé des futurs occupants…".

Et la Spi, à la manœuvre, de demander dès lors la permission aux riverains pour effectuer des analyses de sol. Du côté des riverains, on s’étonne de cette demande et on regrette de ne pas avoir plus de détails…

De son côté, la Spi plaide la bonne foi… car le suivi de l’étude d’incidences n’est effectivement pas obligatoire. "Qu’on soit d’accord ou pas avec cette règle, l’étude d’incidences n’a pas de caractère contraignant", explique Olivier Béart, porte-parole. "À la Spi, notre volonté est toutefois de tenir compte d’un maximum d’éléments de l’étude. Puisque nous ne sommes pas propriétaires des terrains, nous devons demander l’autorisation aux riverains".

Les déchets enfouis risquent-ils d’entraver ce projet d’extension ? On l’espère sans doute du côté des riverains… D’un point de vue sanitaire toutefois, on imagine mal comment un terrain pourrait être exploité par des agriculteurs mais ne pourrait pas accueillir une entreprise. Quant à la question de la stabilité, on ne relève, à la Spi, "aucun problème particulier"… le dépôt de la demande de permis est donc toujours prévu pour la rentrée, en septembre 2014 !