Les bénévoles d'une mission humanitaire liégeoise sont bloqués depuis une semaine à Kinshasa, en République démocratique du Congo, a constaté jeudi matin un correspondant de l'agence Belga à Kinshasa. Emmenée par la Hutoise Michèle Quinet-Ledocte, l'équipe du Maillon humanitaire (MaHu) doit se rendre dans la localité de Lubefu, située dans la province du Sankuru, au centre de la RDC.

Arrivés jeudi dernier à Kinshasa, les sept bénévoles de la mission devaient s'envoler lundi vers leur destination de travail. "Notre avion a été annulé, manifestement parce que l'appareil a été réquisitionné pour permettre à une délégation de se rendre à l'enterrement d'une personnalité", explique la responsable du MaHu.

Un nouveau rendez-vous était pris jeudi matin vers 4h00 à l'aéroport international de Kinshasa-Ndjili. En début de nuit, les membres du MaHu ont été informés par téléphone du report du vol au dimanche 11 juillet, sur décision du pilote privé chargé d'effectuer le transport.

Lors de leur immobilisation forcée à Kinshasa, les membres de la mission liégeoise ont décidé de visiter l'hôpital général de Kinshasa (Mama Yemo). Membre de la délégation belge, la médecine Évelyne Sullon a été surprise de l'état de délabrement du site.

"J'ai fait un stage en gynécologie dans cet hôpital dans les années 1970 et c'est la première fois que j'y reviens. Je suis très surprise par le manque de moyens dont les praticiens disposent ici et par l'état de délabrement avancé des installations", explique la doctoresse de Villers-le-Bouillet.

Fort de ce constat, les représentants du MaHu ont demandé et obtenu une audience auprès du nouveau ministre congolais de la Santé, Jean-Jacques Mbungani Mbanda. Ils lui ont demandé la reconnaissance officielle de leur association par les autorités congolaises, ce qui pourrait leur être accordé rapidement.

La responsable du Maillon humanitaire a également sollicité le ministre en vue d'obtenir "la mécanisation" du personnel médical et paramédical qui œuvre durant toute l'année sur le site de la mission à Lubefu. "Ce dispositif permettrait à ces travailleurs d'obtenir le statut de fonctionnaire, et donc de pérenniser l'action que nous menons depuis une dizaine d'années au Congo. Le ministre nous a promis d'étudier le dossier et de mettre tout en œuvre pour répondre favorablement à notre requête", conclut Michèle Quinet-Ledocte.

Subventionné à hauteur de 100.000 euros par l'administration de Wallonie Bruxelles International (WBI), le projet en cours consiste en la construction d'un laboratoire de biologie, en un soutien à la formation de personnel ainsi qu'en un appui à la gestion administrative et financière d'un site hospitalier situé dans une localité enclavée de la province du Sankuru, au centre du pays.

Le Maillon humanitaire constitue le bras opérationnel de l'hôpital de Huy pour l'exécution du projet sur le terrain congolais. L'expédition s'y déroulera jusqu'à la fin du mois, avec le renfort d'un médecin biologiste et d'un technologue de laboratoire, tous deux détachés sur place par le gouvernement congolais pour les besoins de la mission.