Pari réussi pour Léon Jacqmin (74 ans), auteur de la pétition de 603 signataires demandant l’inscription sur la liste de sauvegarde du site situé sur le chemin vicinal n° 19 entre Fléron et Magnée, soit le bâtiment de la gare de marchandises de l’ancienne ligne SNCB 38. Une demande introduite auprès de la ministre wallonne du Patrimoine Valérie de Bue, qui a récemment adressé un courrier mentionnant la recevabilité du dossier. Celui-ci va désormais être examiné par le Service Patrimoine de la Région wallonne de la zone Est de Liège.

Après sa fermeture en 1977, le bâtiment de la gare de Fléron a été démoli. Un parking a pris sa place. Les voies ont été démontées pour faire place à un Ravel. En revanche, la halle à marchandises existe toujours, rachetée par le groupe immobilier Matexi, qui a aussi acquis le terrain d’un ex-abattoir situé juste à côté. C’est cette halle que le dernier bourgmestre de Magnée (avant la fusion des communes de 1977) et échevin honoraire - d’ailleurs attaqué en justice par la commune pour diffamation et calomnie sur des dossiers d’urbanisme, souhaite voir conserver. "Un bâtiment de gare a toujours une vocation collective, avec un vécu, une histoire, des souvenirs les voyageurs qui y sont passés… Mon père était marchand de fourrage, il allait régulièrement décharger les wagons. Des soldats y sont aussi partis durant la guerre…"

Une démolition

Le groupe Matexi envisage de détruire la halle pour son projet "Promenade de Flos", un lotissement de 15,000 m2 de superficie sis le long du Ravel, entre la rue du Tiège et l’avenue des Martyrs, dont ne veulent pas l’échevin honoraire et d’autres riverains.

Le projet concerne pour rappel la construction de 173 appartements, de deux surfaces commerciales (2 780 m²), de bureaux (520 m²) et la création d’espaces publics dont la création d’une voirie communale, accordée en septembre dernier par le conseil communal. L’enquête publique suivant la demande de permis a suscité 52 réclamations s’opposant au gabarit du projet ou s’inquiétant de la mobilité.

La commune a pour sa part remis un avis favorable conditionné, avec demande de quelques modifications. Pour Fléron, ce projet vient répondre aux besoins de logements dont elle a besoin.

Reste à savoir si la Région wallonne va accepter l’inscription de la halle sur la liste de sauvegarde, qui viendra faire basculer son choix vers l’octroi ou non du permis.