Le gouverneur provincial Hervé Jamar est pour ainsi dire revenu de loin, lui qui a donc repris ses fonctions ce dimanche après une période de convalescence de trois mois.

Laquelle a été consécutive à une maladie rare et grave ayant abouti il y a peu à la transplantation d’un organe. Contacté par nos soins lors de ce week-end de reprise, en force au vu de la situation sanitaire, il s’est voulu disert.

C’est que s’il dit "avoir eu beaucoup de chance en ayant été prioritaire", Hervé Jamar a accumulé les soucis de santé. Ainsi donc, le Covid-19 ne l’a pas non plus épargné et il a aussi fait une thrombose à la veille de l’arrêt de ses activités.

C’est en juillet dernier qu’il a été contraint de faire un pas de côté, la commissaire d’arrondissement Catherine Delcourt assurant l’intérim. "Je tiens à la remercier ainsi que mon équipe qui s’est donnée au maximum durant cette période".

Son retour s’effectue alors que de nouvelles mesures viennent d’être décidées dans le cadre de la gestion de la crise. Les réunions en visioconférence se sont d’ailleurs enchaînées. Le gouverneur jouant en l’espèce un rôle clé et disposant pour rappel d’un pouvoir d’arrêté de police.

"Il est possible d’aller plus loin que le fédéral et le régional mais pas moins loin", rappelle-t-il. Et de se réjouir de l’harmonisation des mesures en vigueur. Ce qui n’empêche certaines communes dont celle de Verviers d’aller plus loin. Le gouverneur se posant en garant de la légalité des décisions.

Évoquant "une atmosphère lourde", il appelle chacun à balayer devant sa porte. Et face à des concessions nécessaires, il délivre un message positif. Et de faire référence à ceux qui souffrent dont "les nouveaux précarisés" en rendant hommage au personnel soignant.