Mise en cause dans du dumping social, elle devra rembourser plus de 4,6 millions

Les gérants des sociétés de transport Verjans ont écopé de peines allant jusqu’à 2 ans de prison et 80 000 euros d’amende avec sursis devant le tribunal correctionnel de Liège pour avoir employé des camionneurs de l’Est dans des conditions précaires et avoir mis en place une stratégie pour ne pas payer des cotisations sociales en Belgique alors que la plupart de leurs clients se trouvent sur le territoire national.

Quatre prévenus et six sociétés étaient poursuivis pour des faux contrats de travail, de la non-déclaration des travailleurs à l’ONSS belge, des faux, des usages de faux, mais aussi de la traite des êtres humains, le tout dans le cadre d’une organisation criminelle. Ils sont suspectés d’avoir commis ces infractions entre janvier 2009 et décembre 2016.

Dumping social

Les sociétés ont été créées en Slovaquie, mais étaient principalement actives dans le Benelux. Les camionneurs logeaient à Waremme. Les 183 chauffeurs étaient soit slovaques, soit roumains. Les 6 sociétés étaient gérées par une seule famille depuis la Belgique. Les contrats de travail étaient établis au nom des sociétés basées en Slovaquie et les assujettissements étaient calculés en fonction de la législation slovaque. Il s’agissait selon le tribunal de dumping social.

En novembre 2014, un chauffeur de camion s’est occasionné une fracture du pied. Il a déposé plainte en expliquant qu’il avait été contraint de continuer à conduire. Après 10 jours de travail, il aurait été laissé dans un canapé avant d’être soigné. Les prévenus ont également été condamnés à rembourser plus de 4,6 millions à l’ONSS.

Lors des perquisitions, 300 000 euros avaient été saisis, ils ont été attribués à l’ONSS.