Les riverains du parc d’activités économiques d’Oupeye, géré par la Spi, étaient conviés ce mercredi soir au château d’Oupeye pour une réunion d’information préalable organisée par la société belge Pellets Ardents, dans le cadre de son avant-projet de construction et d’exploitation d’une unité de cogénération et d’une unité de production de pellets industriels. Ceux-ci auront pu poser leurs questions, émettre des suggestions ou partager leurs inquiétudes quant à la possible arrivée de cette nouvelle usine.

Située à proximité de l’E25, l’usine viendrait s’implanter sur 7,5 hectares, sur 200 m au bord du canal Albert, "de manière à privilégier au maximum le transport fluvial", et communiquer facilement avec la Flandre, les Pays-Bas, l’Allemagne, le Royaume-Uni et la France, a expliqué Emmanuel Nistajakis, porte-parole de Pellets Ardents, qui avance une création de 60 emplois directs.

Concrètement, l’avant-projet présenté par Pellets Ardents prévoit la construction d’une centrale de cogénération au bois usé non dangereux permettant de produire en même temps de l’électricité (5 MW annuellement) et de la chaleur (20 MW) "qui seront consommées directement sur le site, tandis qu’une quantité sera réinjectée sur le réseau de distribution". Cette centrale permettra ainsi de couvrir les besoins en énergie de l’installation de production de pellets (200 000 tonnes par an). L’avant-projet prévoit également une installation de chargement et déchargement de bateaux, un bâtiment fermé de déchargement de camions, et enfin des silos de stockage pour de la sciure et des pellets.

"Il ne s’agit pas ici de production de pellets à usage domestique, mais de pellets industriels à destination d’industries (cimenteries, centrales électriques…), en vue de remplacer les combustibles fossiles."

Et l’environnement ?

Pellets Ardents dit vouloir s’intégrer dans son environnement : "Toutes les installations de production seront placées sous bâtiments, les convoyeurs seront équipés de protections acoustiques et le séchoir disposera de silencieux intégrés". Et afin de rabattre au maximum les poussières, "des systèmes d’aspiration centralisée seront mis en place. De manière générale, les meilleures techniques seront installées afin de limiter les nuisances".

Afin de réduire l’impact visuel des riverains, "nous avons revu à la baisse la hauteur des silos à 20 m, et nous installerons des barrières végétales".

Pour Pellets Ardents, cette usine "contribuera à l’atteinte des objectifs belges de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 55 % d’ici 2030. En plus d’être renouvelable, le pellet est un combustible neutre en émissions de CO2. De plus, ce projet permet de valoriser à 100 % des bois usés non dangereux".

Les riverains ont jusqu’au 16 décembre pour remettre leurs remarques, soit à l’administration communale d’Oupeye (environnement@oupeye.be), soit au demandeur (pellets.ardents@outlook.com).

L’ensemble sera pris en compte dans l’étude d’incidence sur l’environnement. Le dépôt de demande de permis est espéré en avril 2022, pour une réception et un début de construction début 2023, et l’exploitation en juin 2024.

Aude Quinet