Souvenez-vous de la difficulté que rencontrait la commune de Saint-Nicolas à rassembler d’autres communes autour du Creaves, centre de revalidation pour animaux sauvages. Après avoir été menacé de fermeture il y a deux ans par manque de moyens humains et financiers, le centre a été maintenu ouvert dans la perspective de constituer une association de communes afin de rassembler des fonds pour assurer son fonctionnement. Et pour cause, ces animaux, blessés ou trop jeunes pour survivre dans la nature, ne proviennent pas uniquement du territoire de Saint-Nicolas…

Après le refus de la Ville de Liège, ayant estimé la contribution de 20 000 € trop élevée, c’est à Awans que la participation de près de 7 000 € a été contestée. Contribution qui est calculée selon trois paramètres : la superficie de la commune, le nombre d’habitants et le nombre d’animaux reçus. À Awans, plusieurs conseillers, de la majorité et de l’opposition, ont jugé cette somme excessive pour une population de près de 10 000 habitants en comparaison avec les 10 000 € réclamés à Ans pour 30 000 habitants…

Pour Maurice Baldewyns, échevin en charge du Bien-être animal à Awans, c’était d’autant plus difficile à avaler qu’il est, avec son homologue de Saint-Nicolas Patrice Ceccato, à l’origine de ce sauvetage imaginé pour le Creaves… Le collège communal d’Awans souhaitant que la commune continue de prendre part au projet, une nouvelle proposition sera soumise, le 29 septembre, au conseil communal.

Cette proposition porte sur une somme de 3 500 €. Comme l’explique Maurice Baldewyns, celle-ci tient compte des pourcentages correspondant aux nombres d’habitants et d’animaux reçus, "même un peu plus", et non de la superficie de la commune. À suivre…