Est-ce la fin du débat, au fort accent liégeois, entamé durant le congé de Pâques sur la réouverture prochaine des terrasses dans le chef du secteur Horeca particulièrement revendicatif ?

Toujours est-il que lors de l’émission dominicale C’est pas tous les jours dimanche, le collectif Wallonie Horeca, représenté par Valérie Migliore, a fait part de sa décision de faire marche arrière. Et ce alors même qu’il avait annoncé, en protestation contre les mesures sanitaires actuelles, vouloir ouvrir les terrasses dès le 1er mai au lieu du 8 mai prochain.

Une action symbolique

" Le 1er mai, c’était surtout une action symbolique, a indiqué la patronne du Caffe Internazionale à Liège. Les proportions que cela a pris ont dépassé nos espoirs. On avait beaucoup de restaurateurs qui étaient prêts à la faire. Mais il faut avouer que le gouvernement a déployé l’artillerie lourde (amendes, suspension du droit passerelle, etc). On nous propose soit d’exprimer notre colère soit de nourrir notre famille. À un moment donné, on n’a pas envie d’être crucifiés sur la place publique. " Et la restauratrice, qui se limitera donc le 1er mai à faire du take away, de reconnaître un certain essouflement du mouvement.

De son côté, le ministre des Indépendants David Clarinval (MR) a salué cette position. Et d’en profiter à son tour, après les autorités judiciaires, pour recadrer les choses. "Je n’ai pas apprécié que certains bourgmestres et gouverneurs disent aux restaurateurs qu’ils pouvaient y aller franchement. On n’aide pas les indépendants quand on les incite à faire de la désobéissance civile. Oui, il y a sept jours entre le 1er et le 8. C’est sept jours de trop mais c’est le compromis que nous avons obtenu après des heures de discussion au sein du gouvernement et du Comité de concertation. On a réussi à avoir quand même l’ouverture le 8 et on a sorti 900 millions d’euros de soutien pour l’Horeca ."

Pour sa part, le bougmestre de Liège Willy Demeyer (PS), lequel avait pris une position critiquée par d’aucuns, a réagi. " Le mouvement auquel on a assisté au sein de l’Horeca est un mouvement social ", a-t-il affirmé. Pour rappel, le maïeur avait indiqué que la police ne pourrait pas faire fermer les terrasses si certaines d’entre elles ouvraient le 1er mai.

Un maximum de terrasses

" Vous avez fait un certain nombre de pas vers l’Horeca", a-t-il salué en s’adressant au représentant du gouvernement. "Et je voudrais à présent dire au mouvement qu’il faut savoir démarrer un mouvement mais qu’il faut aussi savoir atterrir. Et c’est le moment d’atterrir ." Willy Demeyer a fait la proposition d’installer un maximum de terrasses à la date du 8 mai. " Il faut voir comment organiser avec vous le take away dès maintenant et ainsi organiser une ville "Covid safe" pour l’Horeca ." (Belga)