Liège Malik Ben Achour, échevin du Commerce, ouvre... son commerce rue du Brou. Un risque assumé !

Lorsque le politiquement incorrect était encore de bon ton, il n’était pas rare d’entendre  : “je ne vais plus à Verviers car il y a trop d’étrangers”. Avouons-le ce discours n’a pas tout à fait disparu aujourd’hui mais, en 2018, c’est une autre cible que certaines complaintes peu constructives atteignent  : le commerce.

Soyons honnêtes, le commerce verviétois s’est assurément déjà mieux porté… il suffit de déambuler dans ces anciennes rues jadis bondées de chalands pour en faire le constat. Comme d’autres villes, Verviers souffre d’une concurrence en périphérie. Mais Verviers a-t-elle encore les reins assez solides pour attirer ses clients  ?

Pour tordre le cou aux poncifs destructeurs, un élu politique a décidé de prendre un risque  : celui d’ouvrir un magasin et, peut-être, de faire faillite. Ce qui ajoute un brin de piquant dans cette aventure, c’est que l’élu n’est autre que l’échevin du Commerce lui-même, le socialiste Malik Ben Achour.

Ce mercredi 21 mars en effet, premier jour du printemps, un nouveau commerce (Wise Up), germera rue du Brou. Le produit  : la chaussure ou plutôt la basket... sport, chic et branché  !

“Je n’ouvre pas ce magasin sans avoir fait sans une petite étude et clairement, je voulais le faire au centre-ville. Avec l’action que je mène au niveau politique, je ne me voyais pas le faire ailleurs. Et avec ce produit, je comble un manque”.

Marchera ou marchera pas la basket branchée à Verviers  ? On lui souhaite… mais la question qui s’impose est  : pourquoi prendre un tel risque ?

“Il y a la rencontre d’une envie et d’une fonction. C’était bien sûr une volonté personnelle mais en tant qu’échevin du Commerce, j’ai pour habitude de concrétiser des idées, d’agir. Et j’en profite pour le dire, il y a un effet positif dans cette crise pour les indépendants qui voudraient s’installer, les loyers sont bas”. Un bon commerçant garde toujours les pieds sur terre…

L’envie de participer est aussi bien présente dans le chef de l’échevin. “Je crois profondément en un renouveau qualitatif. L’offre peut générer la demande et c’est l’occasion de montrer qu’il y a de la place pour de la qualité à Verviers. Darcis le prouve, l’hôtel Verviers le prouve, je souhaite le prouver aussi”.

"Celui qui critique Verviers est co-responsable de ce qu'il dénonce"

“Il ne faut pas mentir, le niveau de cellules vides est important mais beaucoup de personnes critiquent sans connaître. Car je constate un décalage entre le discours et une réalité plus complexe. Depuis la mise en place de Creashop il y a 15 mois, il y a eu 6 nouveaux commerces et 4 sont en passe d’ouvrir. Mais si on s’en tient au discours que tiennent certains, on ne vient plus… Celui qui critique Verviers est co-responsable de ce qu’il dénonce. Ce qui manque, ce sont les clients, pas les commerces.”