Le site, qui sera totalement transfiguré, devrait à l’avenir accueillir 400 habitants.

Ce mercredi, le collège communal visétois, l’intercommunale Spi et la société Matexi ont dévoilé le projet de reconversion du charbonnage du Hasard, à Cheratte.

Pour rappel, en collaboration avec la Ville de Visé, la Spi a procédé à l’assainissement du site minier à l’abandon depuis la fin des années 1970, et il s’agissait désormais de vendre les lieux sous certaines conditions afin que le Hasard puisse connaître une nouvelle vie. Le 8 novembre, le jury a tranché pour l’offre et le projet de reconversion présentés par la société Matexi.

Le site, qui s’étale sur 4 hectares, accueillera à l’avenir du logement, des espaces verts, des bureaux, une place, des établissements Horeca, du petit commerce, du parking, des emplacements vélos… Sans oublier l’aspect patrimonial, avec la réhabilitation des bâtiments industriels préservés.

Le projet de reconversion sera développé sur le terrain appelé quartier coteaux, qui jouxte la tour Malakoff et sur l’espace quartier jardin, situé à côté de la cité-jardin.

"Dans le quartier jardin, 112 logements seront construits, 80 maisons et 32 appartements, 321 places de stationnement seront aménagées, avec un parking semi-enterré avec toiture végétalisée qui sera à proximité du futur point d’arrêt ferroviaire", détaille Lucie Gérardy, chargée de projet chez Matexi, "un potager communautaire sera aussi réalisé et l’accent sera mis sur les modes doux".

Du côté du quartier coteaux, de nouveaux logements seront également réalisés. Le patrimoine sera restauré, avec l’implantation de différentes fonctions au sein des anciens bâtiments miniers : espace détente et de coworking, bureaux, Horeca, espace mémoriel et même quelques logements.

Le nouveau visage du Hasard sera articulé autour de la nouvelle place du Charbonnage, qui pourra accueillir des événements. Enfin, l’ensemble du site laissera une grande place aux espaces verts (plus de 2,2 hectares).

5 ans de travaux

"Ce futur quartier accueillera environ 400 habitants", se réjouit Régis Ortmans directeur chez Matexi Liège-Namur-Luxembourg, "les démarches administratives devraient durer entre un et demi et deux ans et les travaux au maximum cinq ans".