Verviers

Des peines de cinq et sept ans de prison ont été requises devant le tribunal correctionnel de Verviers.

Des peines de cinq et sept ans de prison ont respectivement été requises, mardi devant le tribunal correctionnel de Verviers, à l'encontre de Didier D. et Daniel E., deux Spadois âgés de 51 et 67 ans, poursuivis pour traitements inhumains et coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Les faits remontent au 13 septembre 2018. Les deux prévenus avaient entamé une journée bibitive dès 9h15 du matin avant de convier le voisin de palier de Daniel, Loris Cucchiaro, âgé de 56 ans, à se joindre à eux.

Après trois heures de beuverie, ce dernier a uriné sur le lit de son hôte. Didier a alors tenté de le ramener chez lui mais il est tombé face contre terre. C'est là que Loris, qui présentait un taux d'alcool de 3,3 gr/l, a subi un "bizutage" de la part de ses deux camarades.

Lors de l'audience, Daniel a minimisé sa participation dans les faits. Il a notamment prétexté ne pas avoir assisté à la chute car il était à la recherche de nouvelles boissons à consommer. Mais l'enquête a permis de déterminer qu'il était, tout comme son acolyte, bel et bien impliqué dans les faits. Ainsi, selon les déclarations de Sonia, présente lors du drame, le sexagénaire a participé tant à la scène de coups qu'au bizutage lors duquel la victime a littéralement été humiliée.

Le rapport du légiste corroborera d'ailleurs que le décès n'est effectivement pas dû à une chute en avant mais fait suite à des coups reçus à l'arrière de la tête par un objet contondant, qui a provoqué une fracture du crâne fatale. Le corps présentait par ailleurs toute une série d'autres coups et hématomes, ainsi que des traces de brûlure de cigarette. La victime a également subi des humiliations diverses et variées pendant qu'elle était inconsciente.

Le ministère public a requis une peine de cinq ans d'emprisonnement à l'encontre de Didier, pour lequel il entrevoit une réinsertion. Daniel, condamné à 15 ans de prison en 1987 pour vols avec violence, risque quant à lui sept ans de prison. Ses avocats ont plaidé l'acquittement pour les coups reconnaissant des traitements dégradants.

Sonia, âgée de 50 ans, risque pour sa part 18 mois de prison pour traitements inhumains et non-assistance à personne en danger.

Les conseils de Didier D. et Sonia plaideront le 5 novembre.