C'est ce qu'a annoncé le ministre-président Oliver Paasch

Le gouvernement de la Communauté germanophone met en place un plan massif d'investissement pour répondre aux crises actuelles: crise sanitaire, crise de confiance envers le politique et crise économique. C'est ce qu'a annoncé le ministre-président Oliver Paasch lors de la première séance plénière du parlement germanophone après la trêve estivale.

Le gouvernement germanophone entend tirer des enseignements de la situation et propose d'investir pas moins de 600 millions d'euros dans différents domaines d'ici 2029.

Ces dépenses s'articuleront autour de sept axes. Parmi ceux-ci, les soins de santé et les soins aux seniors avec, par exemple, un grand projet en matière de prévention, ou encore la création d'une allocation de soins, qui se distingue d'une assurance autonomie.

Dix millions seront également investis dans les infrastructures des hôpitaux d'Eupen et de Saint-Vith, en vue de sécuriser à long terme ces deux établissements hospitaliers.

Des investissements conséquents, pour un montant de 65 millions d'euros, seront également réalisés dans les maisons de repos avec des augmentations de salaires et une révision des normes en matière de personnel ou encore la création ou la rénovation de certaines infrastructures.

La digitalisation représente également un pôle important. Alors que 60% du territoire de la Communauté germanophone se situe en zone blanche, le gouvernement prévoit un budget de 40 millions d'euros pour installer la fibre optique sur l'ensemble du territoire.

La protection de l'environnement et le climat ne sont pas en reste puisque qu'un budget de 181 millions d'euros est prévu, avec pour objectif de réduire d'au moins 50% les émissions de CO2 d'ici 2030 et de 100% d'ici 2050.

Alors que la Communauté germanophone est aujourd'hui compétente en matière d'aménagement du territoire, elle a passé au crible son parc de logements publics et prévoit ainsi un budget de 60 millions d'euros pour rénover les logements existants et en construire une centaine de nouveaux.

Les parlementaires s'exprimeront quant aux grandes lignes de la politique mise en œuvre durant les prochaines années lors de la séance plénière du 28 septembre prochain.