Ce mardi un appel à candidatures était lancé auprès des élus PS qui souhaitent intégrer l’exécutif. Ils avaient jusqu’à ce mercredi 9h pour envoyer leur candidature (avec une lettre de motivation en annexe) au président USC Pierre Demolin.

Quelle surprise qu'a dû avoir ce dernier, ainsi que l'ensemble des élus et membres de l'USC en copie, lorsqu'il a reçu à 8h59 la candidature d'Hasan Aydin comme... candidat bourgmestre !

Alors que Malik Ben Achour (3e score) s'est imposé majoritairement comme candidat bourgmestre d'une nouvelle majorité auprès des membres de l'USC (parmi les élus, cela coince du côté du clan Aydin), Hasan Aydin (2e score) continue de revendiquer le poste qui devrait lui revenir selon le Code de la démocratie locale.

Dans sa lettre de motivation de trois pages envoyée au présidence USC, il écrit notamment:

"Pour rappel, notre USC de Verviers m'a accordé sa confiance en 2018 afin d'être le 2e candidat sur la liste du Parti Socialiste et les citoyens m'ont également accordé leur confiance en m'octroyant le 2e meilleur score aux dernières élections communales", commence-t-il. "Depuis le début de mon engagement au Parti Socialiste en 2000, j'ai eu à cœur de défendre nos valeurs socialistes de solidarité, d'égalité, de fraternité, de service public efficient... en ayant à plusieurs reprises accordé la priorité au collectif et au succès de notre parti pour lui permettre de prendre les responsabilités utiles au plus grand nombre". Mais ces concessions, "sans contrepartie, me mènent aujourd'hui à une situation désastreuse". Une situation qu'il interprète comme "un manque de reconnaissance" de son investissement, et qu'il reçoit comme "une forme de violence et d'humiliation" qu'il dit beaucoup l'affecter.

"Pour sortir de cette crise, je crois profondément qu’il convient de revenir à l’essentiel et aux fondamentaux des règles de notre démocratie : le législateur a voulu dans le Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation (CDLD) que le choix de l’électeur soit davantage pris en compte et en considération dans le mode de désignation du Bourgmestre", poursuit-il. Il se dit "convaincu que le montage prévu par les négociateurs de la future majorité nous mènera à la prolongation de la crise, ce qui portera un énorme préjudice au Parti Socialiste aujourd’hui et demain". Et de vouloir une majorité stable et durable pour la ville.

Il appelle ainsi chaque membre de l’USC à reconsidérer son vote du 11 mars "afin de retrouver une unité au sein de notre parti autour d’un projet progressiste fort et avec des marqueurs socialistes qui répondent aux urgences de la population".

"J’estime que le chemin emprunté actuellement est périlleux et particulièrement choquant, avec le risque de reproduire le même fiasco pour notre parti en termes de crédibilité vis-à-vis de nos militants et des électeurs. En tant qu’élu socialiste, je ne peux accepter cette situation", affirme-t-il plus loin.

"Je reste convaincu que le duo Aydin Bourgmestre et Ben Achour Député est le ticket idéal pour notre formation politique et est de bon augure pour l’avenir du Parti socialiste en région verviétoise. Ma proposition n’évince ou n’exclut aucun(e) camarade. C’est la solution win-win que je défends depuis le début. Que fera-t-on si les recours annoncés contre la motion envisagée devaient aboutir ? Avons-nous besoin d’un nouvel échec qui sera considéré non plus comme une erreur mais comme une faute pour nous rendre à cette évidence ?"

Rappelons que le cartel (MR-CDH-NV), partenaire de la future majorité qui devrait être mise en place dans la première quinzaine d'avril, n'a pas souhaité conclure un accord avec Aydin comme candidat bourgmestre.