Cinq individus ont été condamnés, lundi par le tribunal correctionnel d'Eupen, à une peine de deux ans de prison, dans le cadre d'un dossier relatif à la découverte d'une plantation de cannabis à Oudler, sur le territoire de la commune de Burg-Reuland. Les peines sont assorties d'un sursis d'une durée de cinq ans pour ce qui dépasse la détention préventive. Ils doivent également s'acquitter d'une amende de 8.000 euros et devront rembourser leurs gains illégaux estimés à 14.400 euros. Ils ont été reconnus coupables d'avoir exploité durant plus d'un an, entre le 10 mars 2016 et le 6 juin 2017, une plantation de cannabis à Oudler, sur le territoire de la commune de Burg-Reuland.

Après une enquête nourrie par diverses observations et constatations, la police a procédé, le 6 juin 2017, à une perquisition qui a permis de découvrir une plantation de cannabis composée de 340 plants. Les différents protagonistes n'étaient pas présents au moment de la perquisition et n'ont été interpellés que plus tard.

Les différentes auditions ont permis de déterminer que chacun des prévenus avait perçu au moins 3.000 euros par récolte. Trois récoltes ont été effectuées. Une fois récoltée, la drogue était écoulée aux Pays-Bas, d'où proviennent certains prévenus.

Dans son réquisitoire, le substitut du procureur du Roi avait estimé les gains illégaux à hauteur de 172.800 euros. "En se basant sur une quantité minimale de 300 plants et vu les conditions d'éclairage et d'apport d'eau dans lesquelles ils se trouvaient, on estime que chacun d'eux a produit en moyenne 48 grammes par récolte. Les 14,4 kilos de cannabis ont été multipliés par trois, soit le nombre de récoltes, puis par quatre, soit le prix au gramme. Ce qui fait un montant de 172.800 euros", avait détaillé le ministère public qui réclamait une peine de trois ans de prison pour les deux individus qu'il estime être à la tête de l'organisation criminelle qui a géré cette plantation.

Des peines plus légères avaient été requises pour les autres prévenus. Le tribunal, qui a pris en compte la circonstance d'association, les a tous condamnés à la même peine.