Verviers Les faits avaient été commis à La Calamine et à Saint-Nicolas (Flandre) entre l’été 2017 et octobre 2018

Cinq individus, originaires d’Albanie, étaient cités à comparaître, mardi, devant le tribunal correctionnel d’Eupen. Ils sont poursuivis pour différents cambriolages ou tentatives de cambriolages commis, pour la plupart, à La Calamine et à Saint-Nicolas, en Flandre entre la fin de l’été 2017 et octobre 2018. C’est à cette période que deux d’entre eux ont été arrêtés par la police belge, à la gare de Hergenrath, non loin de la frontière allemande.

Si les trois prévenus présents lors de l’audience ont reconnu une partie des faits qui leur sont reprochés, le parquet est d’avis que toutes les préventions sont établies, en ce compris l’appartenance à une association de malfaiteurs.

L’analyse de la téléphonie mais aussi les traces ADN ainsi que les empreintes retrouvées sur les lieux attestent de leur participation aux faits.

"Le modus operandi était toujours similaire : les prévenus prenaient le train depuis Bruxelles et se rendaient à Hergenrath. Comme en atteste l’analyse de la téléphonie, un peu avant d’arriver en gare, les téléphones étaient éteints et n’étaient à nouveau captés par les pylônes, que le lendemain matin, sur le chemin du retour. Le schéma était le même à Saint-Nicolas".

Si les téléphones n’ont pas été détectés à proximité du lieu des faits, de l’ADN ou des empreintes appartenant aux prévenus ont été retrouvées sur place.

"Le modus operandi était toujours similaire : ils tentaient d’ouvrir une porte ou une fenêtre et la brisaient avec une pierre si elle ne cédait pas", a expliqué le procureur qui a réclamé des peines de 2 à 4,5 ans de prison, assorties d’une amende de 800 euros.

Jugement le 9 septembre.