Les ambulanciers d'Eupen ont manifesté leur mécontentement ce mardi matin à l'occasion d'une réunion avec le chef de la zone de secours, Holger Pip, et la bourgmestre d'Eupen et présidente de la zone, Claudia Niessen. Ce mécontentement fait suite à une décision prise par la zone de secours, qui vise à supprimer les gardes pour la seconde ambulance de la caserne du Kehrweg. En semaine, entre 7h30 et 17h30, l'ambulance sera à disposition des ouvriers communaux qui ont une formation d'ambulancier.

"La seconde ambulance est déjà sortie plus d'une centaine de fois en 2021. Nous n'intervenons pas qu'en Communauté germanophone mais aussi dans les communes avoisinantes lorsque leurs ambulances sont déjà en intervention", explique le porte-parole des ambulanciers volontaires, Davy Pirard.

"En supprimant les gardes en caserne, cela signifie que l'aide aux citoyens ne sera plus assurée dans les meilleurs délais. Il faudra entre cinq et sept minutes avant que nous soyons arrivés à la caserne et puissions prendre le départ. Alors que chaque minute compte en cas d'accident, d'AVC ou de malaise cardiaque, nous ne comprenons pas cette décision, prise pour des raisons financières", explique l'ambulancier volontaire.

Les volontaires regrettent aussi ce qu'ils qualifient de "manque de considération et de respect" de la part des autorités. "Alors que l'on est en pleine pandémie, pourquoi encore faire des économies sur le dos des soins de santé?", interroge l'ambulancier, qui regrette que la tête de zone campe sur ses positions.

Les volontaires étaient pourtant prêts à faire des compromis quant à leur rémunération. "La garde pour la seconde ambulance était rémunérée à hauteur 3,50 euros de l'heure. Depuis peu, la zone a l'obligation de payer 13,50 euros de l'heure. On comprend que cela creuse un trou dans le budget de la zone, mais nous sommes prêts à effectuer ces gardes en caserne pour 3,50 euros comme avant voire un peu moins. Garantir un départ rapide en cas d'intervention. C'est notre priorité", conclut le porte-parole des ambulanciers volontaires eupenois.