Dès septembre, de nouvelles négociations relatives à un protocole pour 2020-2025 seront entamées.

En décembre 2018, la CSC Services Publics avait marqué un désaccord sur le protocole soumis aux organisations syndicales, parce qu’il conditionnait l’octroi de la prime de fin d’année au bénéfice de l’hôpital. En effet, la prime de fin d’année étant prise en compte dans le calcul du financement des hôpitaux, il n’y avait pas lieu, selon les syndicats, de la conditionner au résultat de l’institution. De plus, "la conjoncture actuelle et les mesures d’économie prises par la ministre de la santé tout au long de la législature nous faisait craindre un résultat moins bon que les précédentes années. Ce qui fût le cas", précise-t-on à la CSC. 

Malgré tout, l’autorité a accepté de reprendre la négociation, le 7 juin. Une première proposition, a été soumise aux syndicats pour octroyer 65% de la prime, ce qui correspondait au montant du bénéfice. Pour le reste, l’autorité s’était engagée à venir avec une proposition complémentaire à négocier ce 14 juin.

Lors de l’assemblée qui a suivi la négociation du 7 juin, la CSC Services publics a déposé un préavis d’action car le personnel voulait obtenir la prime à 100%.

Suite à la négociation qui s’est tenue ce matin au CHR de Verviers pour le payement de la prime de fin d’année 2018, les syndicats ont obtenu une dernière proposition de la direction qui a été avalisée ce jour par les affiliés de la CSC Services publics réunis en assemblée générale.

La prime de fin d’année 2018 sera payée fin juin à 100% répartis en

  • 65% résultants du bénéfice,
  • 15% supplémentaire ,à titre exceptionnel et
  • 20% correspondant à la liquidation anticipée du montant prévu dans le protocole 2019 signé en décembre 2018.

Dès septembre, de nouvelles négociations relatives à un protocole pour 2020-2025 seront entamées.