Humanistes et libéraux critiquent le choix de la majorité socialiste.

Mercredi, le conseil de Blegny a voté, majorité contre opposition, une hausse de la taxe additionnelle à l’impôt des personnes physiques (7,5 % à 8,5 %) et des centimes additionnels au précompte immobilier (2 600 à 2 800).

Une hausse justifiée, selon la majorité PS, par l’urgence sociale à laquelle Blegny et son CPAS sont confrontés, avec l’augmentation de bénéficiaires du revenu d’intégration sociale, surtout chez les jeunes. La majorité veut mener une série d’actions pour contrer ce phénomène, et il s’agit de les financer…

Le son de cloche est tout autre du côté de l’opposition. " Ce conseil marque une rupture de confiance avec la population par rapport aux promesses de la majorité avant les élections. La hausse prévue de 730 000 euros de taxes par an à charge des citoyens place Blegny dans les communes les plus taxées de l’arrondissement de Liège ", relate Serge Ernst, chef de groupe ICDH Blegny.

Ce dernier ajoute : " Le PS avait promis que la caserne serait payée en 2019, mais certains actes n’ont toujours pas été passés, et il est évident que ce dossier a une influence sur le budget communal. Autre rappel, une grosse partie du social est réalisée par le privé et des ASBL à Blegny. Enfin, avec cette hausse du précompte immobilier, beaucoup de citoyens souhaitant garder leur logement risquent de devoir demander une aide au CPAS ou de vendre leur maison. "

Du côté du MR, les conseillers Luc Warichet et Jérôme Cochart indiquent que " la surprise est de taille. Il y a à peu près un an, à quelques semaines des élections communales, le PS avait supprimé la taxe égout. Nous avions trouvé cette manœuvre surprenante en période électorale. Un an après, on a l’impression que tous les paramètres ont changé et que, du coup, la majorité réalise une augmentation importante de la fiscalité. Il peut certes y avoir des augmentations de dépenses, mais, sur un an, elles étaient déjà prévisibles".