À l’issue du conseil communal mouvementé de ce lundi soir à l’Espace Duesberg.

On le pressentait, le conseil communal de Verviers de ce lundi soir fut… long et animé à l’Espace Duesberg du Centre culturel de Verviers.

Un conseil particulier, même historique. Après des semaines d’ébranlement, de retournements de veste et de négociations, la nouvelle majorité PS-MR-CDH-Nouveau Verviers a pris place avec Jean-François Istasse (7e score, PS) à sa tête au terme d’une longue série de démissions, motions de méfiance, prises de parole, critiques… Un conseil communal à l’image de la saga qui a animé la Cité lainière tout l’été, auquel il fallait rester bien accroché pour n’en perdre une seule miette : chacun torpillant l’autre, selon sa position.

La soirée a débuté par les démissions annoncées des conseillers CDH Marc Elsen et MR Michel Grignard, ceux-ci préférant rester fidèles à leurs valeurs que de suivre cette nouvelle majorité/conséquences de la crise. De nombreux remerciements ont été faits à destination du conseiller humaniste qui fut bourgmestre et échevin de la ville. S’en sont suivies des prestations de serment de leurs remplaçants : le 3e suppléant Bernard Van Bossche (CDH), et le 1er suppléant Amaury Deltour (MR).

Mais le clou de la soirée fut le vote par le conseil communal de la fameuse motion de méfiance mixte déposée le 3 septembre par la nouvelle majorité, incluant une motion collective à l’égard de l’ensemble du collège communal en place et trois motions individuelles à l’égard de la bourgmestre Muriel Targnion, du président de CPAS Hasan Aydin et de l’échevine Sylvia Belly, tout en permettant à ces deux derniers de conserver leurs postes, sans démission préalable.

Jean-François Istasse a présenté cet "édifice juridique complexe" qui est venu sceller les accords faits par les quatre partis de la majorité. "Il me semble que l’ensemble de la classe politique verviétoise doit s’excuser devant les verviétois pour tout ce qui s’est passé et le désordre causé. Mais l’important est qu’une solution à la crise ait été trouvée", a-t-il argumenté lors de son discours. Concernant la légalité de cette motion, il a rappelé l’avis préalable favorable de la Région wallonne.

Quant au volet éthique, "chacun a sa notion en politique, mais je veux souligner qu’en démocratie, c’est le vote du conseil communal qui est décisif. Il y a beaucoup de travail plus important que de celui de s’interroger sur ce que serait l’esprit de la loi".

Le CDH Claude Orban a pris la parole précisant que s’il a signé, "c’est par respect de mon engagement dans mon parti politique même si cela ne me correspond pas".

Trois indépendants

Jean-François Istasse a finalement prêté serment dans les mains de la présidente Stéphanie Cortisse (MR), de même que l’ensemble des échevins prévus dans l’accord : Maxime Degey (1er, MR), Cécile Ozer (2e, échevine), Jean-François Chefneux (3e, NV), Sophie Lambert (4e, PS), Freddy Breuwer (5e, MR), Sylvia Belly (6e, PS), Antoine Lukoki (7e, PS). Hasan Aydin reste président pressenti du CPAS.

Le conseil communal a finalement pris acte de l’exclusion du PS de Muriel Targnion, Alexandre Loffet et Laurie Maréchal, qui deviennent tous trois conseillers indépendants.

Au final, la motion a été votée par 20 voix pour, 11 voix contre et 5 abstentions.